alanguir

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Palî [Sepe]

alanguir \a.lɑ̃.ɡiʁ\ palî tî mbenze

  1. wôko
    • [… ], il était facile de voir que nulle souffrance n'alourdissait comme autrefois ses moindres mouvements, n'alanguissait ni ses regards, ni ses paroles, ni ses gestes. — (Honoré de BalzacLa Femme de trente ans, 1855)
    • Il sentait tout l'infini, tout l'imprécis de cet horizon entrer en lui, le pénétrer, alanguir son âme et comme l'embrumer, elle aussi, de vague et d'indicible. — (Isabelle EberhardtLe Major, 1903)
    • Parfois même, elle restait seule ici, s’asseyait à portée de ses traits, et la crainte fictive de la blessure de l’enfant pubère l’alanguissait de longues heures durant. — (René BoylesveLa leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 21)
    • Un vent chaud soufflait qui alanguissait le corps et l'âme. — (Out-el-Kouloub, « Zaheira » na "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
  2. (Wapolïpa) ...
    • En prenant de l’âge, il s’est beaucoup alangui.
    • Avec le milieu de la nuit, le vent s’était alangui. — (Jean GionoLe hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, lêmbëtï 140)
    • Près de la fenêtre entrouverte, les joueurs de bridge se laissent alanguir par les derniers parfums des roses de l’automne. — (Philippe DelermLa Première Gorgée de Bière et autres plaisirs minuscules, Gallimard, 1997, lêmbëtï 73)
    • (Zäzämä) Son style s’alanguit.

Âlïndïpa[Sepe]