barbe

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche
Bâa ngâ : Barbe

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pasûndâ [Sepe]

barbe \baʁb\ linô kôlï wala linô gâtï

  1. ...
    • Le chevalier avait à peine terminé son court repas, que son domestique lui annonça que cinq hommes, conduisant chacun un coursier barbe, désiraient lui parler. — (Walter ScottIvanhoé , traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Le grand vizir vient de m’envoyer un joli cheval tout harnaché à l’arabe. C’est un étalon barbe, pas grand, mais bien formé et bien musclé, un alezan étoile de blanc au front, dont la robe dorée, la queue et la crinière blondes, longues et fournies, reluisent au soleil. — (Frédéric WeisgerberTrois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue , Paris : Ernest Leroux, 1904, lêmbëtï 112)

Pandôo 1 [Sepe]

Une barbe. (1)
Les barbes d’une plume. (3)

barbe \baʁb\ linô gâlï

  1. (Terê) kûâ tî yângâ
    • Et voilà que tout à coup, parmi tant de barbes rondes, ovales, carrées, qui floconnaient, qui frisaient, qui exhalaient ambre et benjoin, fut remarquée une barbe taillée en pointe. — (Aloysius BertrandGaspard de la nuit , 1842)
    • Les étranges figures dont tout Mangarévien bigarrait sa peau, jointes à sa longue barbe et sa chevelure flottante, lui donnaient un air martial et terrible. — (Caret, « Archipel de Mangaréva (Iles Gambier) » na Revue de l’Orient , 1844)
    • Cet homme, sans chaperon et sans veste, au regard abruti, à la barbe et aux sourcils tachetés de plâtre, c’était son père! — (SaintineUne maîtresse de Louis XIII , Paris : Librairie de L. Hachette & Cie, 1858, lêmbëtï 78)
    • Zèphe lançait la nouvelle que la barbe du saint Joseph en pierre, dressé devant l’église, avait poussé de cinq centimètres dans la nuit, et il y voyait le signe que la mairie allait passer au parti de l’ordre et de la décence. — (Marcel AyméLa Jument verte , Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, lêmbëtï 182)
    • Mais le maître des Hautes Héez dédaigne toute convenance. Qu’il garde sa barbe toute entière, mais qu’il la cultive. Elle lui donne l'air d’un Robinson, d’un homme des cavernes, voire d’un hors-la-loi: — (Jean RogissartPassantes d’Octobre , Paris: Librairie Arthème Fayard, 1958)
    • Avec des moustagaches et une barbe de plusieurs jours, on donnait l'impression d'arriver d'un maquis sud-américain. — (Claude Dubois, Je me souviens de Paris: visages, façons, histoire et historiettes du Paris populaire , Parigramme, 2007, lêmbëtï 161)
    • Il y a un siècle à peine, en France, seuls étaient glabres les hommes d’Église et les domestiques. Barbes fluviales des socialistes et des anarchistes, favoris des libéraux et des maitres d’hôtel, impériale des bonapartistes, rouflaquettes des apaches, les visages affichaient les convictions politiques et les conditions sociales. — (Dominique Jamet, « Halte peau lisse ! » na Marianne (magazine) , n° 758, 29 Ngberere 2011, lêmbëtï 92)
  2. (Sêndâsa) ...
    • Les grandes cornes qui surmontent la tète du bouc, et la longue barbe qui est suspendue à son menton, lui donnent un air bizarre et équivoque. — (Georges-Louis Leclerc de BuffonŒuvres complètes , tome 3, page 602, Furne & Cie, Paris, 1842)
  3. ...
    • L’ensemble des barbes situées du même côté du rachis de la plume est appelé vexille.
    • Le pauvre homme avait fermé ses livres et, de la barbe de sa plume, s’amusait à chatouiller le museau blanc de Finet. — (Alphonse DaudetLe Petit Chose , 1868, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 29)
    • Ce nez, remarquable par sa masse, sa forme et sa coloration, attira légitimement l’attention de la fée, car elle saisit ma plume d’oie, qui s’élevait comme un panache au-dessus de l’encrier, et elle promena sur mon nez les barbes de cette plume. — (Anatole FranceLe crime de Sylvestre Bonnard , Calmann-Lévy ; réédition Le Livre de Poche, 1967, lêmbëtï 98)
  4. (Sêndâsên) ...
  5. ...
  6. ...
    • Sur les panneaux, des emblèmes religieux, sculptés dans des écussons de coquilles et de rocailles, faisaient songer aux bourgeoises de l’ancien temps qui vinrent incliner là leur bonnet à hautes barbes de dentelle et laver à cette piscine symbolique leur âme ménagère. — (Anatole FranceL’Étui de nacre , 1892, réédition Calmann-Lévy, 1923, lêmbëtï 116)
  7. ...
  8. (Zäzämä) ...
    • Je demandais à mon père : « Comment supportes-tu cette barbe ? » Car Pailleron donnait des « dîners d’hommes » et je ne me représente jamais sans horreur ce genre de volupté secrète, également chère à Dumas fils et à quelques autres. — (Léon DaudetSouvenirs littéraires – Devant la douleur , Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 113)

Pandôo 2[Sepe]

barbe \baʁb\ linô kôlï

  1. (Sêndâdünîa) ...
    • Elle a été punie par l'Église pour avoir écouté son barbe.

Pandôo 3[Sepe]

Un cheval barbe au Maroc

barbe \baʁb\ linô kôlï

  1. ...
    • Son barbe cordouan, rétif, faisait des voltes
      Et hennissait.
      — (HérédiaLes Trophées , 1893, lêmbëtï 198)
    • Une d’Este riche de six millions peut mettre un chapeau à grands bords et à plumes, brandir sa cravache, presser les flancs d’un barbe et venir, amazone brodée d’or, suivie de laquais, à un poète en disant : « J’aime la poésie. » — (Honoré de BalzacModeste Mignon , 1844 ; 1855, édition Houssiaux)

Âlïndïpa[Sepe]