beau-frère

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

beau-frère \bo.fʁɛʁ\ linô kôlï

  1. (Sëwä) monya # ...
    • Il était donc logique qu'en juillet 1958, je termine mon voyage de noce en ce haut lieu (châteaux de la Loire en 2 CV et guitoune de camping) avec pour chauffeur mon tout nouveau beau-frère, car je ne savais pas encore conduire. — (Gabriel Cohn-BenditNous sommes en marche , Éditions Flammarion, 1999, lêmbëtï 112)
    • En attendant l’égalité, par la loi, du droit d’héritage, c’est une avancée pour ces citoyennes que les vieilles lois tribales dépossédaient systématiquement, leur léguant la moitié de ce que prennent les hommes, les dépouillant à la mort du mari au bénéfice des beaux-frères et beaux-parents, les excluant de l’accès au capital. — (Kamel DaoudFin de l’esclavage confessionnel , Le Point, n° 2350, 21 septembre 2017)
  2. ...
    • Le comte de Retz est Espagnol, les Guises sont Lorrains. Il n’y a de vrais Français en France, je crois, Dieu me pardonne ! que moi, mon beau-frère de Navarre et toi. — (Alexandre DumasLa Reine Margot , 1886, volume I, chapitre III)
    • Le beau-frère de ma petite copine de l’instant étant chauffeur de limousine pour le Palace et ma petite copine étant bougrement amoureuse de moi, celle-ci fit des pieds et des mains pour m’avoir le même job que son beau-frère. — (Bertrand Latour, Un milliard et des poussières , Hachette Littératures, 2010)
  3. (Könöngö) ...

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed. , 1995 → dîko mbëtï