boulanger

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pasûndâ [Sepe]

boulanger \bu.lɑ̃.ʒe\ linô kôlï

  1. (Tî kûne) ...
    • Nous revenons maintenant sur ce sujet, mais à un autre point de vue : au lieu d’étudier la composition chimique de la farine en général, il s’agit cette fois d’appliquer l'examen chimique à la détermination de la valeur boulangère relative d’une farine donnée. — (Léon BoutrouxLe pain et la panification  , J.-B. Baillière & Fils , 1897, Paris, lêmbëtï 201 → dîko mbëtï)

Pandôo [Sepe]

Un boulanger qui met du pain au four. (1)

boulanger \bu.lɑ̃.ʒe\ linô kôlï

  1. (Gbätä) wamâpa
    • Gabelle des boulangers. — Ladite gabelle consiste en ce que tous les boulangers qui vendent pains cuits en la ville doivent 2 deniers par resal de farine ; les déforains, 1 gr. 8 den. par chacune charrette, et 4 den. de chacune charpagnée ou hottée. — (Les archives de Nancy ou documents inédits relatifs à l'histoire de cette ville  , publiées par Henri Lepage, volume 3, Nancy, Lucien Wiener, 1865, lêmbëtï 56)
    • Si les corporations exclusivement féminines restent l’exception, les corporations mixtes qui admettent indistinctement les hommes et les femmes sont extrêmement nombreuses. Parmi celles-ci, il faut citer les drapiers, les tisserands, les grainiers (Rouen, Paris), les passementiers (Paris, Tours, Clermont), les cabaretiers (Tours, Orléans), les tonneliers (Nîmes), les tailleurs (Coutances, Angoulême, Dijon), les boulangers (Orléans, Paris), les merciers (Paris, Caen), les poissonniers (Paris, Dijon), les imprimeurs (Paris, Orléans, Caen), les limonadiers (Caen), les maçons (Apt), les corroyeurs (Annonay), les orfèvres (Lyon), les chaudronniers (Orléans), les charcutiers. — (Léon Abensour, La Femme et le Féminisme avant la Révolution  , Éditions Ernest Leroux , 1923, Paris, lêmbëtï 186 → dîko mbëtï)
    • Cambronne Mâcheclair plaisanta avec l’une, admira le ti moune de l’autre, et, de palabre en palabre, il apprit que Chimène-Surprise avait regagné son domicile la veille au soir et qu’elle en était repartie presque aussitôt pour une destination inconnue de tous — sauf, probablement, de son bon ami : un boulanger établi dans les beaux quartiers. — (Jypé Carraud, Tim-Tim-Bois-Sec  , éditions Payot et Rivages, 1996, collection Rivages/Mystère, lêmbëtï 159)
  2. ...
    • La boutique, le fonds d’un boulanger.

Palî [Sepe]

boulanger \bu.lɑ̃.ʒe\

  1. ...
    • La grande Nanon, son unique servante, quoiqu’elle ne fût plus jeune, boulangeait elle-même tous les samedis le pain de la maison. — (Honoré de BalzacEugénie Grandet  , 1834)
    • La fille de basse-cour boulangeait. — (Honoré de BalzacUn Début dans la Vie  , 1844)
    • Elle chauffa son four, et fit, aidée par sa mère, un pâté de lièvre et de canard, un gâteau de riz, rôtit deux poulets, prit trois bouteilles de vin, et boulangea elle-même deux pains ronds. — (Honoré de BalzacUne Ténébreuse Affaire  , 1841, chapitre deuxième)

Âlïndïpa[Sepe]