brume

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Brume sur la frontière entre l'Espagne et la France

brume \bʁym\ linô gâlï

  1. (Sêndo) dudü
    • Toutes ces brumes ne tarderont pas à se résoudre en neige, et, pour peu que le vent se lève, nous pourrons bien être battus par quelque grosse tempête. — (Jules VerneLe Pays des fourrures , Paris: J. Hetzel et Cie, 1873)
    • Toujours plane une brume sur cette mer. — (Victor HugoOrient. 1.)
    • Vers le soir, nous commençons à distinguer des formes vagues qui se dessinent derrière le voile de brume, […]. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla , Paris : E. Plon & Cie, 1883, lêmbëtï 39)
    • La terre, d'après l'estime, ne devait pas être éloignée; elle restait complétement cachée par une brume basse et humide. — (Jean-Baptiste CharcotDans la mer du Groenland , 1928)
    • Un peu plus tard, quand s'épaissit la brume, commence l’œuvre impressionnante des ensevelisseurs. — (Marguerite BauluLa Bataille de l'Yser , Paris, Perrin & Cie, 1918, lêmbëtï 359)
  2. ...
    • Les quatre hauts bâtiments, qui encadraient la cour, apparaissaient dans la brume d’aurore, vagues, blanchâtres, dominés par de grandes masses sombres de feuillages, derrière lesquelles l'aube blêmissante montait. — (Jules CaseLa Fille à Blanchard , 1886)
    • Le jour parut, frileux et triste... De grandes brumes traînaient sur les prairies, le ciel était bas... — (Octave MirbeauRabalan)
    • Dans l’air rafraîchi où une impalpable brume se condensait en rosée, les bêtes levèrent leur mufle humide […]. — (Louis Pergaud, « Un satyre » na Les Rustiques, nouvelles villageoises , 1921)
    • Si quelque brume obscurcit votre aurore, Leur disait-on, attendez le soleil. — (Pierre Jean de Béranger, Suicide.)
    • J'étais venue m'asseoir près de l'autre fenêtre, et je regardais, moi aussi, le golfe étincelant au soleil du matin, et les montagnes lointaines perdues dans une brume lilacée... — (Isabelle Eberhardt, « Contes et souvenirs » na 1925, réédition : Écrits sur le sable , vol.2, Grasset, 1990)
  3. (Zäzämä) ...
    • Arsène André perçait enfin la brume de ce préambule. Ah ! ah ! l'hypocrisie hargneuse le circonvenait comme un filet de chasse ; […]. — (Jean RogissartPassantes d’Octobre , Paris: Librairie Arthème Fayard, 1958)

Âlïndïpa[Sepe]