docteur

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

docteur \dɔk.tœʁ\ linô kôlï

  1. (Sêndânganga) dokotöro
    • M. Pierre-Nicolas Anot, prêtre, docteur en théologie, chanoine, théologal et grand-pénitencier de Reims, est mort le 21 octobre dernier, âgé de près de 61 ans. — (L’Ami de la religion et du roi : journal ecclésiastique, politique et littéraire , n° 964, 5 Nabändüru 1823, lêmbëtï 397)
  2. ...
  3. (Könöngö) wanganga
    • […] madame d’Aiglemont sourit à l’espoir d’une prompte guérison, et n’opposa plus de résistance à la volonté de son mari, qui la violentait pour lui faire accepter les soins du jeune docteur. — (Honoré de BalzacLa Femme de trente ans , 1855)
    • On se représente difficilement aujourd’hui le prestige dont jouissaient la médecine et les médecins dans le société matérialiste d’il y a trente ans. Le « bon docteur » remplaçait le prêtre, disait-on, et le haute influence morale et sociale appartenait aux maîtres des corps, aux dispensateurs des traitements et régimes. — (Léon DaudetSouvenirs littéraires – Devant la douleur , Grasset, 1915, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 99)
    • Nous sommes de beaux Jacques, allez, de gratifier de plus de trois mille francs ce mauvais docteur là. […] Qui tombe jamais malade ici ? […] Si on l’appelle c’est tout au plus pour le permis d’inhumer. — (Jean RogissartPassantes d’Octobre , Paris: Librairie Arthème Fayard, 1958)
  4. (Könöngö) ...
    • Faire le docteur.
    • Un ton de docteur.
  5. ...
    • Personne ne fut empalé ; de quoi plusieurs docteurs murmurèrent, et en présagèrent la décadence de Babylone. — (Voltaire, « Zadig ou la Destinée » na IV. L’Envieux , 1748)
    • Ainsi, dire, comme les traditionnaires, que les hadiths rapportés à la fois par El-Boukhari et par Moslem sont plus certains que ceux qui ne le sont que par l’un de ces docteurs ; que les hadiths racontés par Moslem sont moins solides que ceux qui sont rapportés par El-Boukhari etc., c’est dire qu’aucun hadith n’est revêtu de la certitude requise pour devenir matière de foi. — (François Bourgade, La Clef du Coran , 1852, lêmbëtï 94)
    • […] il n’est que trop vrai que mille autres docteurs et religieux ont enseigné la doctrine du pouvoir de l’Église sur le temporel des rois […] — (Jean le Rond d’AlembertLa Suppression des jésuites (éd. populaire abrégée) , Édouard Cornély, 1888)
    • […] les docteurs du Talmud ne donnaient-ils pas eux-mêmes l’exemple en exerçant, pour assurer leur gagne-pain, les métiers les plus humbles, tels que forgerons, ou savetier, ou fabricant d’épingles, etc. ? — (Léon BermanHistoire des Juifs de France des origines à nos jours , 1937)
  6. ...
    • Ces docteurs confondent, par un grossier sophisme, un idéal qui, en tant que non changeant, peut par pure métaphore être qualifié de mort, avec les hommes, les êtres charnels […] — (Julien BendaLa Trahison des clercs : Appendice des valeurs cléricales , 1927, édition 1946)
  7. ...
  8. ...

Âlïndïpa[Sepe]