envoyer

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Palî [Sepe]

envoyer \ɑ̃.vwa.je\

  1. to, tokua
    • Mais le duc de Mayenne lui fit dire de prêcher plus modérément, sinon qu'il l’enverrait, cousu dans son froc , prêcher dans la rivière. — (Jean-Baptiste-Joseph BoulliotBiographie ardennaise ou Histoire des Ardennais qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs vertus et leurs erreurs, Paris, 1830, vol. 1, lêmbëtï 254)
    • Depuis sept ans, la Chine est coupée du monde extérieur, et c'est seulement maintenant que nous parviennent quelques microfilms. On dit que la Septième Symphonie de Chostakovitch a été envoyée en Amérique sur microfilms, mais personne ne nous a encore transmis, par microfilms, des renseignements sur la pénicilline. — (Robert Payne, Journal de Chine, traduit de l'anglais par Henri Morisset, Librairie Stock, 1950, lêmbëtï 129)
  2. (Bîanî) ...
    • Il est malade, n’enverrez-vous pas chez lui ?
    • Envoyer demander quelque chose à quelqu’un.
    • Ai-je besoin de vous dire que depuis l'annonce de Dates [Un livre sur le point de paraître], je ne cesse d’envoyer chez Émile-Paul [Un éditeur] ? — (Marcel Proust, lettre à Jacques-Émile Blanche, 16 janvier 1921, dans : Jacques-Émile BlancheMes modèles, appendices, II ; Éditions Stock, Paris, 1984, lêmbëtï 252)
  3. ...
    • Paris envoie tant de députés à la Chambre.
  4. (Nzapä) ...
    • Les biens et les maux que Dieu, que le Ciel, que le destin nous envoie.
    • Dieu nous a envoyé des épreuves pour s’assurer de notre foi en lui.
  5. (Sêkpängö) ...
    • La lumière que le soleil nous envoie.
  6. (Mbumbuse) ...
    • Mais quand Habib, rendu furieux par un uppercut qui faillit l’envoyer à terre, se ressaisit et fonça bestialement sur l’homme au beau visage, le combat prit une allure saisissante. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Envoyer un obus, une fusée.
  7. (Könöngö) ...
  8. (Zäzämä) ...
    • Envoyer un bon mot, une pique acerbe.
  9. (Tî halëzo, Wapolïpa) ...
    • […] ; l'autre, son barda sur l'épaule, les chausses lui dégringolant le long des jambes, la tête rejetée en arrière et s'envoyant un jet de sa gourde dans le gosier, a l'allure épaisse et la trogne truculente d'un rustaud des Flandres. — (Rachel Valentino, La formation de la peinture française: le génie celtique et les influences, éd. G.P. Maisonneuve, 1936, lêmbëtï 307)
  10. (Tî kamënë, Wapolïpa) ...
    • Je suis libre… Rien ne compte que mon caprice… Je m’envoie un type quand ça me plaît… Et ça n’a pas d’autre importance… — (Victor MéricLes Compagnons de l’Escopette, 1930)
    • — Alors, reprit-il en se tournant vers Maillat, c’est ta môme ?
      — Je t’ai déjà dit non.
      — Ah ! dit le petit noiraud.
      Et il eut de nouveau l’air déçu.
      — Bon ! reprit-il, c’est pas ta môme. Mais tu vas te l’envoyer, hein ?
      — Non.
      — (Robert MerleWeek-end à Zuydcoote, 1949, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 194)
    • Mais Jules César s’envoyait indifféremment des centurions, des patriciennes romaines et des reines d’Egypte [...]. — (Umberto EcoChroniques d’une société liquide, traduction Myriem Bouzaher, Grasset, 2017)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï