femme

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Dessin d’une femme de morphologie moyenne, tel qu’il figure sur la linô gâlï.

femme \fam\ linô gâlï

  1. wâlï
    • Les divers préjugés sur le rapport d’excellence de l’homme à la femme, ont été produits par les coutumes des anciens peuples, les systèmes de politique et les religions qu’ils ont modifiés à leur tour. J’en excepte la religion chrétienne, qui a établi, comme je le dirai plus bas, une supériorité réelle dans l’homme, en conservant néanmoins à la femme les droits de l’égalité. […] Un proverbe hébreu borne presque toute l’habileté des femmes à leur quenouille, et Sophocle a dit que le silence était leur plus grand ornement. Par un excès opposé, Platon veut qu’elles aient les mêmes occupations que les hommes. Voyez le cinquième dialogue Πολιτειῶν. — (Denis DiderotEncyclopédie, article « Femme (Anthropologie) », 1772)
    • Ce n’est jamais d’après le masque hypocrite des femmes qu’il faut s’aviser de les juger. — (Donatien Alphonse François de Sade, « La Prude ou La Rencontre imprévue » na in Historiettes, Contes et Fabliaux, 1788, édition 1926)
    • Les Benjamites furent avertis qu’ils pourroient s’approcher secrètement du lieu de la fête, s’aposter de manière à bien voir les femmes qui s’y trouveroient, et enlever sans résistance celles qu’ils voudroient pour épouses. — (Rabelleau, Histoire des Hébreux, tome 1, 1825, lêmbëtï 261)
    • Cependant les femmes de Lima gouvernent les hommes parce qu’elles leur sont bien supérieures en intelligence et en force morale. — (Flora Tristan, « Les Femmes de Lima » na La Revue de Paris, tome 32, 1836)
    • — Monsieur, je ne suis qu’une femme, et, par conséquent, mon jugement est peu de chose. — (Charles BaudelaireLa Fanfarlo, 1847 ; Gallimard, 2012, collection Folio, lêmbëtï 22)
    • Je suis l’ennemi de ce règne de l’homme qui n’est pas encore terminé. Pour moi, la femme est l’avenir de l’homme, au sens où Marx disait que l’homme est l’avenir de l’homme. — (Louis AragonLe Fou d’Elsa, commentaire, 1963)
  2. ...
    • Mais peu avant sa vingtième année, quand de jeune fille elle devint femme et vit s’effiler sous les seins le premier pli charmant de la maturité qui va naître, il lui vint tout à coup des ambitions. — (Pierre LouÿsAphrodite, 1896, livre I, chapitre I)
    • Mes tempes battent ; toute ma chair va à cette femme presque nue et charmante dans le matin et dans le transparent vêtement qui enferme la douce odeur d’elle. — (Henri BarbusseL’Enfer, 1925, chapitre VII, lêmbëtï 99)
  3. ...
    • Néanmoins la foi conjugale est sans cesse violée dans les grandes sociétés policées. Il est peu de maris qui soient fidèles à leurs femmes ; il est peu de femmes qui soient fidelles à leurs maris. — (Jean-Claude de La Métherie, De l’homme considéré moralement ; de ses mœurs, et de celles des animaux, an XI – 1802, volume 2, lêmbëtï 268)
    • Quand je la menai à l’autel, j’étais bien convaincu que ma femme l’emportait en beauté sur toutes les femmes belles de la terre. — (Octave MirbeauLettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Préviens ta femme de ton arrivée. — (Florentino Dos Santos, Les Cocus : Ces innocentes victimes des feux de l’amour… charnel, Éditions Le Manuscrit, 2003, lêmbëtï 58)
  4. ...
    • Tout penseur complet doit être femme par les côtés délicats du cœur. — (Victor HugoRuy Blas, 1838, lêmbëtï 330)
  5. (Sêmîngi, Mbäkôro) ...
    • Elle se tourna de l’autre côté en achevant ces paroles, et commanda à sa fille d’appeler ses femmes sans vouloir l’écouter, ni parler davantage. — (Madame de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
    • Faut-il que j’appelle vos femmes ? demanda le roi. — (Alexandre DumasLa Reine Margot, 1886, volume I, chapitre II)
  6. ...
    • Si seules de rares femmes photographes marquent l’histoire de la photographie au XIXe siècle, elles prennent superbement leur revanche à partir des années vingt. — (Christian Bouqueret, Les Femmes photographes : de la nouvelle vision en France, 1920-1940, Marval, 1998)
    • Si elle réussissait comme femme-policier, elle pouvait réussir dans n'importe quel domaine. Les autres agents secrets de son service disaient qu'elle avait des couilles. Pour eux, c'était un compliment, et Jezzie l'acceptait comme tel. — (James Patterson, Le Masque de l'araignée, traduit de l’anglais par Jeanine Parot, Paris : Librairie générale française, 1995, Le Livre de Poche, 2013, chapitre 18)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï