frère

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Deux frères

frère \fʁɛʁ\ linô kôlï

  1. îtä
    • J’avais neuf ans et j’attrapais avec mon frère des sauterelles que nous faisions griller dans le jardin pour les manger. — (Francis Carco, Maman Petitdoigt, 1922)
    • Les pleins frères et pleines sœurs sont des individus qui ont à la fois le même père et la même mère. Ils partagent en moyenne la moitié des gènes de leurs parents. — (Gerald Wiener et Roger Rouvier, Amélioration génétique animale, Quae/CTA/Presses agronomiques de Gembloux, Agricultures en poche, 2009, lêmbëtï 70)
    • Contrairement à ses frères, Joseph Antoine l’aîné, Vincent et Nicolas, les deux puînés, qui marchaient dans les pas de leur géniteur, Michele ne se voyait pas toute sa vie garder les chèvres et les mulets […] — (Gérard de Cortanze, Banditi, Albin Michel, 2004, lêmbëtï 33)
    • (Sêkpängö)Maupattu était banni de la gent gloussante et caquetante, bien qu'il piaulât comme les autres et qu'il fût issu d'un œuf identique à celui des petits frères tant choyés et défendus par la maman. — (Louis Pergaud, « Maupattu le Paria » na La revanche du corbeau: nouvelles histoires de bêtes, Mercure de France, 1924, lêmbëtï 143)
  2. ...
    • Tous les hommes sont frères ; ils apportent, en naissant, des droits égaux aux avantages que la société procure. Ils ne diffèrent entre eux que par les facultés personnelles […] — (Achille de Jouffroy, Avertissement aux souverains sur les dangers qui menacent l’Europe, 1831, lêmbëtï 34)
    • « Mais qui donc est mon frère », te demandes-tu ? En vérité, tout être humain qui tu croises sur ta route… — (Jean Proulx, Grandir en humanité, Fides, 2018, lêmbëtï 142)
  3. (Nzapä) ...
    • Apprends, dit-il, que, dans cette maison, consacrée à Dieu et au saint ordre du Temple, une femme juive a été amenée par un frère en religion […] — (Walter Scott, Ivanhoé, 1820)
    • — Mes bien chers frères, je n’aurai pas aujourd’hui la joie de poursuivre avec vous ces petits entretiens dominicaux dont nous avons la pieuse habitude. — (Jules RomainsLes Copains, 1922, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 145)
  4. (Könöngö) ...
    • Avec la fumée des incendies et du sang de nos frères, cette voix s’élève vers toi, Seigneur. C’est une plainte terrible, c’est un dernier soupir. — (Kornel Ujejski, Choral, traduit du polonais par Leonard Chodźko, 1846)
    • Sous le yeux de ses frères en Mars il voulait accomplir, disait-il, ce qui jusqu’ici avait été réservé à la puissance d’OG. — (Benjamin De Casseres, « Arcvad le terrible » na traduction d’Émile Armand, dans Les Réfractaires, n° 1, janvier 1914)
  5. (Zäzämä) ...
    • Les anciens poètes disaient que le sommeil est le frère de la mort.
  6. (Nzapä) ...
    • […] des frères de charité avec leurs dalmatiques rouges, dont l’un portait une bannière et l’autre la lourde croix d’argent, riaient en dessous, s’amusaient à se bourrer le dos de coups de poing. — (Octave MirbeauContes cruels : Mon oncle,)
    • […] quelqu’un aurait dit aux parents du gamin : « C’est bien fait pour vous ! Si vous l’aviez mis à l’école des Frères, on lui aurait fait apprendre son catéchisme, au lieu de lui faire perdre son temps à apprendre l’histoire et la géographie de la France ». — (Émile-Ambroise ThirionLa Politique au village, Fischbacher, 1896, lêmbëtï 325)
    • Frère convers, frère lai. → bâa convers na lai
  7. (Könöngö) ...
    • Avec six autres membres, en effet, Bosch paie sa quote-part pour assister au banquet traditionnel de la Confrérie de Notre-Dame organisé en l'honneur de frères nouvellement assermentés […]. — (Roger Van Schoute et Monique Verboomen, Jérôme Bosch, Renaissance Du Livre, 2003, lêmbëtï 17)

Pasûndâ [Sepe]

frère \fʁɛʁ\ linô kôlï

  1. ...
    • La Tunisie et l’Algérie sont des pays frères.

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï