gronder

Alöndö na Wiktionary

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Palî [Sepe]

gronder \ɡʁɔ̃.de\

  1. koto ngangü
    • Le chien se mit à gronder.
    • L’orage gronde.
    • Le vent gronde dans la cheminée.
    • L'eau est encaissée entre deux rives escarpées et chante ou plutôt gronde sa liberté. — (Correspondance de Rodolphe Lemieux (1907), citée dans René Castonguay, Un diplomate à la découverte du Japon , Québec, Septentrion, 2018, lêmbëtï 51)
    • Le canon grondait en avant de nous, comme un orage lointain ; nous entendions cela depuis Toul ; ce n'était pour moi qu'une sorte d'éloquence. Nul parmi nous ne savait rien de la guerre ; […]. — (AlainSouvenirs de guerre , Hartmann, 1937, lêmbëtï 9)
  2. (Mbäkôro) ngbokoro
    • Il s’en va en grondant.
    • Dans un coin, en grondant, je m'essuie. — (Boileau, Satire 6 )
    • Grondant quelques paroles. — (Régnier, Satire 10 )
    • Grondant une petite chanson entre vos dents. — (MolièreL'Impromptu de Versailles , scène 3)
  3. sûku (na môlengê, na wakua, ...)
    • Un instant, dans sa détresse, elle songea à tout confesser à son grand-père. Il la gronderait doucement, mais sans doute, il la comprendrait. — (Out-el-Kouloub, « Zaheira » na "Trois contes de l’Amour et de la Mort" , 1940)
    • Je m’inquiète pour mes enfants : ne vais-je pas en faire des sociopathes, au sens littéral, si je les gronde dès lors qu’ils s’approchent d’autres personnes ? — (Svenja Flaßpöhler, traduction Octave Larmagnac-Matheron, « Carnet de la drôle de guerre » na Philosophie Magazine , la newsletter du 30/03/2020)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed. , 1995 → dîko mbëtï