guerre

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Sur le monument aux morts de Gy-l'Évêque : Guerre à la guerre.

guerre \ɡɛʁ\ linô gâlï

  1. birä
    • La dernière grande guerre qu’avait soutenue l’Angleterre, la guerre contre les Boers, était oubliée, et le public avait perdu l’habitude de la critique militaire experte. — (H. G. WellsLa Guerre dans les airs, 1921)
    • La guerre n’engendre que la plus détestable violence et la plus morne stupidité. La guerre n’est pas belle, elle est hideuse. Elle est l’excitatrice des vices sans nombre et sans frein. Elle est la mère de tous les crimes. — (Victor MargueritteAu bord du Gouffre, 1919)
    • À vrai dire, la République romaine n’était qu’une oligarchie despotique et pillarde dont les chefs s’enrichissaient en dépouillant le monde par les guerres et les rapines. — (Alfred Naquet, Vers l’union libre, 1908)
    • Douce soirée où l’on pouvait encore croire — à la rigueur, le calcul des probabilités cédant à une chance inouïe — Qu’il n'y aurait pas de morts pendant la guerre. — (Jean GiraudouxRetour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Ah ! la bougresse ! Elle est maintenant entretenue par un banquier tchécoslovaque qui a réalisé une fortune colossale pendant la guerre dans les fournitures aux armées. — (Victor MéricLes Compagnons de l’Escopette, 1930)
    • Le Général De Gaulle aimait à dire que la guerre est une chose morale. II ne voulait bien-sûr nullement « justifier » la guerre en général. — (Didier Saint-Georges, Le libéralisme est une chose morale, 2008, lêmbëtï 7)
    • Ce conflit dynastique dégénérerait en guerre européenne. C’est pourquoi Dubois se pose en apôtre de la paix. — (Évelyne Lever, « La Diplomatie secrète du mystérieux abbé Dubois » na Marianne (magazine) n° 765, 17 Kakauka 2011)
  2. ...
    • L’art de la guerre, le métier de la guerre.
    • La guerre de campagne, la guerre de siège. Guerre de mouvements, de tranchées, d’usure.
    • (Könöngö) Suite d'affrontements armés.
    • J’aimais à relire la vie des flibustiers, […] maîtres de ces parages au XVIIe et au XVIIIe siècle, avant que l’entente franco-anglaise mît fin à cette guerre de pillage et de course. — (Alain GerbaultÀ la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  3. (Könöngö) ...
    • Il faut faire aux méchants guerre continuelle.
      La paix est fort bonne de soi ;
      J’en conviens : mais de quoi sert-elle
      Avec des ennemis sans foi ?
      — (Jean de la FontaineFables, Les Loups et les Brebis)
    • Le véritable et profond caractère du Djehad fut, à son origine, d’être une guerre de propagande et d’envahissement. — (M. de Saint-Anthoine, « Du Djehad ou de la Guerre sacrée des Musulmans » na Journal des travaux de la Société française de statistique, vols. 16 à 19, 1846, lêmbëtï 363)
    • Les tripots de Nantes étaient célèbres ; la police avait beau multiplier ses enquêtes et la municipalité faire une guerre acharnée à ceux qui favorisaient le jeu, on ne pouvait empêcher ni les ruines, ni les scandales. — (Étienne DupontLe Vieux Saint-Malo - Les Corsaires chez eux, éd. Honoré Champion, 1925, lêmbëtï 116)
  4. (Könöngö) ...
    • Par exemple il soutenait, et toujours colérique­ment, que tout est guerre, que la lutte pour le salaire est guerre, que toute rivalité est guerre, et qu’ainsi la guerre sera toujours. — (AlainSouvenirs de guerre, Hartmann, 1937, lêmbëtï 215)
    • Sans l'avoir voulu, je venais de lui déclarer la guerre. La guerre était pour lui une sorte de second métier. — (Amina Danton, La tangente, Gallimard (NRF), 2009, lêmbëtï 180)
  5. (Zäzämä) ...
    • Le loup fait la guerre aux brebis.
    • Le renard fait la guerre aux poules.

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï