hypocrite

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Angelë[Sepe]

Pandôo [Sepe]

hypocrite \ˈhɪ.pə.kɹɪt\

  1. zo tî yângâ-ûse

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

hypocrite \i.pɔ.kʁit\ linô kôlï wala linô gâtï

  1. zo tî yângâ-ûse
    • N’est-il pas raisonnable de penser que les gens qui ne boivent jamais de vin, naïfs ou systématiques, sont des imbéciles ou des hypocrites […] des hypocrites, c’est-à-dire des gourmands honteux, des fanfarons de sobriété, buvant en cachette et ayant quelque vice occulte ? Un homme qui ne boit que de l’eau a un secret à cacher à ses semblables. — ( BaudelaireDu vin et du haschisch, 1851)
    • — Tu ne saurais croire, reprenait-elle, combien ils m’ont rendue mauvaise. Ils ont fait de moi une hypocrite et une menteuse… Ils m’ont étouffée dans leur douceur bourgeoise, et je ne m’explique pas comment il y a encore du sang dans mes veines… J’ai baissé les yeux, j’ai eu comme eux un visage morne et imbécile, j’ai mené leur vie morte. Quand tu m’as vue, n’est-ce pas ? j’avais l’air d’une bête. J’étais grave, écrasée, abrutie. Je n’espérais plus en rien, je songeais à me jeter un jour dans la Seine… Mais, avant cet affaissement, que de nuits de colère ! Là-bas, à Vernon, dans ma chambre froide, je mordais mon oreiller pour étouffer mes cris, je me battais, je me traitais de lâche. — (Émile ZolaThérèse Raquin, 1867)
    • La pratique assidue de la religion produit généralement sur les âmes des résultats intenses […] Elle façonne des hypocrites ou de franches et saintes gens ; il n’y a guère de milieu, en somme. — (Joris-Karl HuysmansLa Cathédrale, 1915)
    • Pour l’« hiver », grand-mère Binche préfère dire : […] – Mine de fougnette pour « hypocrite ». — (Marcel JouhandeauChaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, âlêmbëtï 216-217)
    • C’est une gang d’hypocrites ! Menteurs un jour, menteurs toujours ! Ils changeront jamais. Tout le temps des cachettes, des belles explications pour se justifier, du blabla, du blabla… pas autre chose que du blabla. — (Robert Maltais, Le Curé du Mile End, Éditions Québec Amérique, 2009, lêmbëtï 251)
    • Ce soir, le bas-ventre en feu dans son lit, il redevenait le petit scout hypocrite et libidineux hanté par l'envie de se tirer sur la nouille. — (Raphaël Somal, Le crépuscule des cadres, Publishroom, 2019, chap. 5, §. 5)

Pasûndâ [Sepe]

hypocrite \i.pɔ.kʁit\ linô kôlï wala linô gâtï

  1. ...
    • Sa sœur ? Malgré l’hypocrite tendresse de ses dédicaces, il ne l’aimait pas, et elle non plus, au fond, ne l’aimait pas… — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac1907,)
    • L’immoralité du siècle était hypocrite et se répandait lentement comme une tache d’huile, souillant son village. — (« Le Sermon difficile » na Louis PergaudLes Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Chacun avait, chacun a encore à l'esprit la célèbre formule de Kipling sur le « fardeau de l'Homme blanc ». Mais cette notion était considérée comme une couverture quelque peu hypocrite, un écran (auto) justificatif d'un phénomène plus profond qu'il appartenait aux historiens d'éclairer. — (Alain Ruscio, Le credo de l'homme blanc: regards coloniaux français XIXe-XXe siècles, Éditions Complexe, 2002, lêmbëtï 13)
  2. (Mbumbuse) (Kebëek) ...
    • Elle a l’air hypocrite, la p’tite coquine !

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï