Aller au contenu

ivrogne

Alöndö na Wiktionary

Yângâ tî Farânzi

[Sepe]

Pandôo

[Sepe]

ivrogne \i.vʁɔɲ\ linô kôlï wala linô gâtï

  1. wanyöngö-sämba
    • Parmi les louanges qu’on donne à Bacchus, la plus glorieuse sans doute, c’est qu’il dissipe les soucis, les inquiétudes et les peines. Mais ce n’est pas pour longtemps: l’ivrogne cuve son vin, et les chagrins reviennent en poste. — (ÉrasmeL’Éloge de la folie , 1509; traduction par Jean-Charles Laveaux, 1780)
    • Croyez-vous, s’écrie-t-il, croyez-vous qu’il m’a demandé un pourboire, cet ivrogne de moujik ! — (Jules VerneClaudius Bombarnac , Paris: J. Hetzel et Cie, 1892, âlêmbëtï 4)
    • Au personnage de Saint Jean-Baptiste y serait substitué celui d'un ivrogne sentencieux et vitupératif. — (Pierre LasserrePhilosophie de Goût musical , Les Cahiers verts n° 11, Grasset, 1922, lêmbëtï 80)
    • Les bancs, malgré le froid, avaient leurs dormeurs recroquevillés, leurs miséreux, leurs ivrognes de chaque nuit. Cette déchéance m’emplit de pitié, de tristesse […] — (Francis CarcoMessieurs les vrais de vrai , 1927)
    • L’ivresse alcoolique est une expérience qui fait de l’ivrogne un poète et du soulographe un génie. — (Jean-Didier Vincent, Voyage extraordinaire au centre du cerveau , Odile Jacob, 2007, lêmbëtï 175)
    • De toute éternité, l’univers a compté
      Plus de suce-goulots qu’il n’y a d’honnêtes gens
      Plus d’ivrognes que de dames de charité
      Plus de fesse-tonneaux que de chênes pensants.
      — (Frank GiroudLe Prince des amphores , 1998)

Âlïndïpa

[Sepe]