médecin

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Photographie d'un homme au travail.
Un médecin généraliste auscultant une patiente.

médecin \mɛd.sɛ̃\ linô kôlï wala linô gâtï

  1. wanganga
    • D’ailleurs la médecine, surtout comme la plupart des médecins la pratiquent aujourd’hui, n’est qu’une espèce de flatterie; et, à cet égard, on peut dire qu’elle ne ressemble pas mal à la rhétorique. — (ÉrasmeÉloge de la folie, 1509, traduction de Thibault de Laveaux, 1780)
    • L’Office départemental d’hygiène sociale, […], dispose de dix médecins et de vingt-huit infirmières visiteuses, toujours sur la brèche. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde, 1931)
    • Privé de ce casuel, il ne nous serait plus possible d’indemniser notre médecin. Conséquence: plus de soins gratuits aux indigents. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Mais on dérape très vite, le médecin est aussi fou que ses patients, les infirmières sont déchaînées, l'atmosphère vire au pandémonium morbide et sexué. — (« « Kill Me Please », une tendresse gore » na Marianne, n° 707, 6 Nabändüru 2010, lêmbëtï 84)
    • Si la médecin était toujours restée en Bretagne, Léanne avait d'abord déménagé avec ses parents, quand son père avait été muté au centre de transmission de la Marine nationale à Rosnay, dans le Berry. — (Pierre PouchairetHaines, Éditions du Palémon, 2018, chap. 3)
    • En 1495, on cite une vieille médecienne. Il faut faire appeler la « vieille médecienne et lui demander, en présence des médecins, ce qu'elle a donné à la femme (malade). Nous voyons donc que les femmes-médecins étaient répandues en Allemagne. — (Mélina Lipinska, Les femmes et le progrès des sciences médicales, Masson, 1930, lêmbëtï 44)
    • La première famille est celle d'Ariane Benoit, médecin québécoise, mère monoparentale déjà fortement éprouvée par les méfaits de son premier mari. — (Nuit blanche, n° 149, hiver 2018, lêmbëtï 28)
  2. (Mbîrîmbîrî nî) (Turûgu) ...
  3. yorö
    • C'est le chabrol qui ravigote,
      Il est le plus grand des médecins,
      Il vous réchauffe le gosier
      Et brise le mal en morceaux.
      — (Robert Benoît, « L'Amour deicimo tout » na traduit et cité dans La vie quotidienne en Périgord au temps de Jacquou le Croquant, par Gérard Fayolle, Hachette Littératures, 2002)
  4. nganga
    • En certains cas, le médecin de l’âme est plus nécessaire que le médecin du corps.
    • Le temps est un grand médecin.

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï