malaria

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche
Bâa ngâ : Malaria

Angelë[Sepe]

Pandôo [Sepe]

malaria \mə.ˈlɛə.ɹɪə\ wala \mə.ˈlɛɹ.i.ə\

  1. (Kobêla) palü

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

malaria \ma.la.ʁja\ linô gâlï

  1. (Ngbêne) ...
    • La mère et la fille semblaient vivre de la même vie et dépérir du même mal. La maison a l’air d’une maison abandonnée ; on y respire un souffle de malaria. — (Anatole FranceVie littéraire, 1891)
    • Des tourbillons de moustiques nous enveloppent, et nous respirons cette malaria spéciale qui donne la fièvre des bois. — (Pierre Loti, Un pèlerin d’Angkor, 1912)
  2. (Ngbêne) (Kobêla) palü; kobêla tî wâ
    • La malaria s’était emparée de la région des marais Pontins. — (Gustave Bloch, La République romaine, Flammarion, 1913)
    • Il recommandait à sa fille de prendre garde à la malaria car son oncle avait eu une vieillesse empoisonnée par cette maladie. — (Georges Simenon, « Le Blanc à lunettes », na 1937, VIII)
    • Nous nous reposions, moi, mes guides et leurs mules, sur la route de Sciacca à Girgenti, dans une auberge du pauvre village de Monte-Allegro, dont les habitants, consumés par la malaria, grelottent au soleil. — (Anatole FranceLe crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; réédition Le Livre de Poche, 1967, page 47)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Musanji Ngalasso-Mwatha, Bakarî Farânzi – Lingäla – Sängö, 2013, OIF/ELAN/Présence africaine
  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï