maussade

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pasûndâ [Sepe]

maussade \mo.sad\ wala \mɔ.sad\ linô kôlï wala linô gâtï

  1. nëngö
    • On le jugea maussade et insignifiant, ce pâle blond aux yeux bleus, dont le regard semblait tourné en dedans. — (Isabelle EberhardtLe Major , 1903)
    • Lorsque le hasard les forçait de se trouver ensemble, il devenait taciturne, maussade, ne répondait qu’avec difficulté aux questions qu’elle lui adressait. — (Gustave AimardLes Trappeurs de l’Arkansas , 1858)
    • […], et je me rendis compte que même à Göttingen il pleuvait parfois, les gens pouvaient être maussades, […]. — (Ruth KlügerPerdu en chemin , traduction des éd. Viviane Hamy, 2010, La Martinière, 2013)
    • Voilà l’image de ma vie : je devrais fredonner gaiement sous la douche, tout à la joie de ce jour nouveau, et je m’engonce dans l’amère moiteur de maussades ruminements. — (Patrick CauvinHuit jours en été , Jean-Claude Lattès, 1979, chap.1)
    • Dès huit heures du matin, on se pressait dans le métro en bourrant tous les Parisiens maussades à l’idée d’aller au travail pour leur piquer les places assises. — (Alexandra Varrin, J'ai décidé de m'en foutre , Éditions Léo Scheer, 2015)
  2. (Könöngö) ...
    • […] excepté lorsqu’à la seconde ou à la troisième scène d’un maussade chef-d’œuvre d’alors, une apparition bien connue illuminait l’espace vide, rendant la vie d’un souffle et d’un mot à ces vaines figures qui m’entouraient. — (Gérard de Nerval, « Les Filles du feu » na Sylvie , 1854)
    • Dans ce domaine, la maussade arithmétique vous a des éloquences qu’on ne saurait contredire. — (Ludovic NaudeauLa France se regarde , 1931)
  3. (Könöngö) ...
    • Le regard de Gregor se tourna ensuite vers la fenêtre, et le temps maussade Modèle:incise le rendit tout mélancolique. — (Franz KafkaLa Métamorphose , 1988 [1915], traduction par Bernard Lortholary)
    • Le calme de la veille a disparu. Même sous un ciel maussade, les visiteurs sont de retour le jeudi de l'Ascension pour les Grandes Eaux Musicales. — (Denis Lemarié, Chroniques de Versailles : Janvier à juillet 2005 , Éditions Publibook, 2005, lêmbëtï 147)
  4. (Könöngö) ...
    • Malgré les soleillées qui précisaient les dessins délicats des ramilles s’enchevêtrant, la forêt de la Côte, dominant le village, restait maussade et grise. — (Louis Pergaud, « Le retour » na Les Rustiques, nouvelles villageoises , 1921)

Âlïndïpa[Sepe]