moustache

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Angelë[Sepe]

Pandôo [Sepe]

moustache \ˈmʌs.tæʃ\

  1. (Sêndâ-saterê) küäyângâ

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Friedrich Nietzsche portant une moustache assez distinctive. (1)
Les moustaches blanches d'un chat. (2)

moustache \mus.taʃ\ linô gâlï

  1. küä tî yângâ
    • — Faudra voir ! faudra voir ! — murmura tout bas Agénor en frisant sa moustache droite. — (Xavier de MontépinL’Irrésistible, Paris : chez Lécrivain et Toubon, 1860, lêmbëtï 30)
    • Ce commandant, un homme fort, haut, avec des moustaches et une barbiches grises, […], nous reçut avec bonhomie et amabilité. — (Ivan TourguenievL'Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff)
    • Les effigies qu’on publia de lui soulignaient d’abord une immense moustache noire et, en second lieu, derrière la moustache, un air farouchement irascible. — (H. G. WellsLa Guerre dans les airs, 1921)
    • Sous la moustache blonde du grand gaillard, ses lèvres goulues cherchaient la bouche voluptueuse. — (« La Vengeance du père Jourgeot » na Louis PergaudLes Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il était travesti en Charlot et tenait à la main une petite moustache noire qu'il enduisait de colle. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, 1938)
    • Un baiser sans moustache, disait-on alors, c’est comme un œuf sans sel ; j’ajoute : et comme le Bien sans Mal, comme ma vie entre 1905 et 1914. — (Jean-Paul SartreLes Mots, 1964, collection Folio, lêmbëtï 36)
  2. (Tôngbi) ...
    • Une vieille moustache comme moi, s’enjuponner, s’acoquiner à une femme !… pourquoi l’emmener ? il faut la quitter. — (Honoré de BalzacMelmoth réconcilié, écrit en 1835)
    • L’Empereur envisageait la pairie de la manière suivante: il avait amené les grandes familles à servir, afin que les noms de notre vieille histoire, mêlés dans nos camps avec ceux de notre histoire moderne et courant maintenant les mêmes chances, les mêmes dangers, ne fussent plus un objet de jalousie pour les vieilles moustaches. — (Armand Augustin Louis de CaulaincourtEn traîneau avec l’Empereur (1812), Arléa, Paris, 2013, lêmbëtï 165)
  3. (Lâkûê, Sêkpängö) (Sêndâsa) ...
  4. (Mbäkôro) (Sêndâsa) ...
    • Les tendons sont soigneusement débarrassés des crins qui les recouvrent, quand on a affaire à un cheval de distinction ; mais tout le poil est laissé, ce que l’on appelle la moustache dans les chevaux de gros trait, comme beauté, ou, bien souvent, pour masquer une forme. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • La nécessité des guenilles, des cadenettes et de la moustache aux talons n’est certainement pas démontrée d’une manière très-rigoureuse; mais l’éleveur de mules repousserait le baudet qui ne les porterait pas. — (J. A. Barral, Journal d’agriculture pratique, volume 2, 1860, lêmbëtï 68)


Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï