nation

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Drapeau de l’Organisation des Nations Unies.
Statue de la République, place de la Nation (3.a.), Paris.

nation \na.sjɔ̃\ linô gâlï

  1. ködörö
    • Merci, répondit le Cœur-Loyal avec effusion, merci, mes frères, la nation comanche est une grande et noble nation, que j’aime, je suis heureux d’avoir été adopté par elle. — (Gustave AimardLes Trappeurs de l’Arkansas  , 1858)
    • (Chez les Amérindiens) Une nation rassemblait des tribus qui parlaient le même dialecte et suivaient les mêmes coutumes. [...] Ce n'est qu'aux heures de crise, cependant, que les tribus éprouvaient le sentiment d'appartenir à une même nation. — (Jean Hamelin (dir.), Histoire du Québec  , Edisem, 1977, p. 30)
    • De nos jours, on commet une erreur plus grave : on confond la race avec la nation, et l’on attribue à des groupes ethnographiques ou plutôt linguistiques une souveraineté analogue à celle des peuples réellement existants. — (Ernest RenanQu’est-ce qu’une nation ?  , conférence faite en Sorbonne, le 11 mars 1882)
    • En rentrant dans le giron de la nation française, Bordeaux, naguère capitale continentale du royaume d’Angleterre, subissait un dommage considérable. — (Léon BermanHistoire des Juifs de France des origines à nos jours  , 1937)
    • Il serait bon encore d’invoquer la protection du grand thaumaturge vers qui des milliers et des milliers de pèlerins venaient de toutes les provinces, de toutes les nations. — (Jean Rogissart, « Passantes d’Octobre » na 1958)
    • Si dans le passé l’idéologie soviétique opposait l’U.R.S.S. aux nations capitalistes, Staline substitue désormais les solidarités anti-hitlériennes aux solidarités de classe. — (Renata Fritsch-Bournazel, André Brigot, Jim Cloos, Les Allemands au cœur de l’Europe  , 1983)
  2. (Mbîrîmbîrî nî) ...
    • En cette occasion, l’ambassadeur assembla la nation.
  3. ...
    • On distinguait quatre nations : celle de France, celle de Picardie, celle de Normandie et celle d’Allemagne.
    • L’actuel palais de l’Institut était le Collège des Quatre Nations.
  4. (Sêndâdünîa) ...
    • Gadagne était un membre important de la nation italienne de Lyon.
  5. ...
    • Il savait qu’il était en Amérique, une grande et puissante nation, dont les citoyens avaient des manières sèches et humoristiques, se servaient à tout propos de revolvers et de couteaux à virole […] — (H. G. WellsLa Guerre dans les airs  , 1908; Paris: Mercure de France, édition de 1921, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, lêmbëtï 380)
    • Des conciliabules inutiles se tiennent entre les envoyés des nations. — (Paul NizanLes Chiens de garde  , 1932)
    • L’internationalisme sentimental d’avant 1914 n’a pas résisté au choc des nations. Dans tous les pays en guerre, socialistes et syndicalistes, dans leur grande majorité, ont participé à la défense nationale. — (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire  , Fayard, 1972, p. 17)
  6. ...
    • Il apprit que cent seize millions de dollars-or avaient quitté la Trésorerie en un jour, happés par une nation en panique. — (André MauroisChantiers américains  , 1933)
  7. ...
    • De même que les duchés de France, jadis indépendants, durent se fusionner en une nation, de même à présent les nations auraient dû s’adapter à une fusion plus vaste […] — (H. G. WellsLa Guerre dans les airs  , 1908; Paris: Mercure de France, édition de 1921, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, lêmbëtï 120)
    • La France est sans doute la seule nation à laquelle il était loisible d’adhérer par autre chose que son identité, la seule nation à laquelle on puisse se rallier par sa culture et par sa langue. — (Jean-Louis Crémieux-Brilhac, « « Ce qui reste du gaullisme, c’est un sens aigu du social » » na dans Marianne  , 12 juin 2010)
  8. (Sêmîngi) (Nzapä) ...
    • Saint Paul a été appelé l’apôtre des nations.

Âlïndïpa[Sepe]