oncle

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

oncle \ɔ̃kl\ linô kôlï

  1. (Sëwä) kôya
    • Rabalan était le dernier représentant d’une famille de sorciers qui, durant plus d’un siècle, régnèrent dans Trélotte. Son arrière-grand-père, son grand-père, son père, tous ses oncles et tous ses cousins avaient été sorciers, et l’on racontait d’eux des choses terribles et merveilleuses. — (Octave MirbeauRabalan)
    • Jamais aucun oncle n’astreignit aussi implacablement ses petits-neveux à écouter le tic-tac de sa grosse montre. — (H. G. WellsLa Guerre dans les airs , 1908, traduit par Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1910, éd. 1921, lêmbëtï 36)
    • Le neveu du cheikh Gaafar, qui, tout jeune homme avait lorgné avec une admiration jalouse l’épouse de son oncle, s’enhardit jusqu’à demander sa main. — (Out-el-Kouloub, « Zaheira » na Trois contes de l’Amour et de la Mort , 1940)
  2. (Sëwä) ...
    • J'aimais bien aller chez mon oncle et ma tante.
  3. ...
    • – Je suis retournée dans ma chambre, j’ai sorti du tiroir de ma table un épais cahier recouvert d’une toile cirée noire, je l’ai rapporté et je l’ai tendu au Monsieur…
      – À « l’oncle », devrais-tu dire, puisque c’est ainsi qu’en Russie les enfants appellent les hommes adultes…
      — (Nathalie SarrauteEnfance , Gallimard, 1983, collection Folio, lêmbëtï 84)

Âlïndïpa[Sepe]