Aller au contenu

permettre

Alöndö na Wiktionary

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Palî [Sepe]

permettre \pɛʁ.mɛtʁ\

  1. zîa, zîa lêgë
    • […] il n’est pas permis, excepté sur le théâtre, d'avoir l'air aussi pittoresque que vous, avec vos flanelles blanches, votre chemise mauve et votre cravate violet foncé ! Si j'étais votre grand-mère, je vous enverrais changer de costume. — (Florence Louisa BarclayLe rosaire , traduit de l'anglais par E. de Saint-Segond, Éditions Payot, 1925, lêmbëtï 26)
    • Il n’a fait que ce que la loi lui permettait.
    • Les lois ne permettent pas l’exportation de telle denrée, ne permettent pas le port de certaines armes.
    • Il n’est pas permis de se venger soi-même.
    • Permettez que je m’absente.
    • Vous me permettrez ou
    • Permettez-moi de vous dire, de vous faire remarquer. Formule de politesse dont on fait usage en disant à quelqu’un une chose contraire au sentiment, à l’opinion qu’il vient de manifester.
      • On dit aussi simplement, dans le même cas : Permettez. On adresse encore cette formule à une personne à laquelle on cause quelque dérangement.
      • Lafcadio ne doit pas tarder à… Il a seulement été jusque chez le… Oh ! permettez !… — (André GideLes Caves du Vatican , 1914)
    • S’il m’est permis de parler ainsi. – Se dit quand on se sert d’un mot, d’une manière de parler qui n’est pas usitée, qui peut surprendre et qu’on hasarde.
    • Il faut bien permettre ce qu’on ne peut empêcher.
    • La société permet certains désordres, afin d’en prévenir de plus grands.
    • Dieu permet souvent que les méchants prospèrent.
    • Dieu a permis que, L’ordre de la Providence, de la justice divine a voulu que.
    • C’était une famille opulente, Dieu a permis qu’elle soit tombée tout d’un coup dans la misère.
    • Dieu permit qu’après tous ces crimes il tombât enfin entre les mains de la justice.

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed. , 1995 → dîko mbëtï