pleuvoir

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Palî [Sepe]

Il pleut beaucoup !

pleuvoir \plø.vwaʁ\

  1. (ngû anï)
    • Maintenant il pleut… J’entends l’eau qui ruisselle des gouttières, et qui fouette les vitres de ma chambre… — (« La tête coupée » na Octave MirbeauLettres de ma chaumière, 1886)
    • Dis donc, Monsieur, ça pleut dehors… Est-ce que je peux t’y prendre le parapluie ? — (Georges FeydeauLes Pavés de l’ours, 1896)
    • 8 m a r s. — Il a plu sans interruption depuis près de vingt heures, et le terrain où nous campons est complètement détrempé. — (Frédéric WeisgerberTrois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, lêmbëtï 138)
    • Il pleuvait. Par instants, on entendait l’averse s’écraser contre la verrière du haut, […]. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, 1938)
    • Il faisait froid et pleuvait. Rattner et moi, empaquetés dans nos pardessus, nous l’invitions à remuer. — (« L’ancien combattant alcoolique au crâne en planche à lessive » na Henry MillerMax et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Il avait plu toute cette semaine-là, et la vieille boue des hivers, pétrie par les sabots des vaches, des chevaux et des gens, grasse de bouse et claire comme de la pâte à gaufres s'était ramollie. — (Jean Rogissart, Mervale, 1937)
  2. (Könöngö) ...
    • Ce vacarme académique, qui dura tout le mois d’août 1836, était pour le moins aussi amusant que celui des étoiles filantes qui s’abattaient tous les huit jours sur le Pont-Royal, et que celui des crapauds qui pleuvaient tous les huit jours à l’Académie. — (François-Vincent RaspailNouveau système de chimie organique, 1838, lêmbëtï 598)
    • On en a conclu qu’il pleuvait des crapauds, ce qui est une impossibilité, attendu que, d’après les lois invariables de la nature, ces animaux, à cause de leur forme et de leur poids, ne peuvent se trouver dans l’air. — (J. Lingay, Erreurs et préjugés, 1853, lêmbëtï 57)
    • J’examinai alors attentivement ces taches, j’étudiai leur développement, et je reconnus... qu’il pleuvait du sang !... Oui ! il pleuvait du sang !... Je levai la tête et […] je vis se balancer les silhouettes mutilées de plusieurs pendus ; […]; et c’était du cou de ces dernières victimes pendues par les pieds que tombait cette pluie de sang ! — (Félix Maynard, De Delhi a Cawnpore, journal d'une dame anglaise, 1858, lêmbëtï 97)
    • Non, non, vos fautes apportent avec elles leur châtiment immédiat, c’est sur votre dos que pleuvront les coups, c’est vous-mêmes qui serez punis. — (« La révolution et les révolutionnaires de Février » na La Revue des Deux Mondes, tome 7, 1850, lêmbëtï 539)
    • Les Boches préparaient un « sale » coup, et Luc, de quart au périscope, avait donné l’alerte à sa tranchée. Presque aussitôt le bacchanal se déchaîne : les obus pleuvent, les parapets sautent. — (Charles Le GofficBourguignottes et pompons rouges, 1916, lêmbëtï 155)
    • En 1945, elle avait sept ans. Un matin, les bombes avaient commencé à pleuvoir. A Kobé, ce n'était pas la première fois qu’on les entendait, loin s’en fallait. — (Amélie NothombMétaphysique des tubes, 2000)
  3. (Zäzämä) ...
    • Mais l’artillerie tonnait, et la mitraille pleuvait sur ce pauvre débris d’armée, presque aussi drue que la neige, qui forçait les artilleurs de viser au hasard. — (Alexandre DumasLe Capitaine Richard, 1860, lêmbëtï 179)
    • Les plaisanteries et les compliments crus pleuvaient, en arabe, en français, plus ou moins mélangés de sabir. — (Isabelle EberhardtYasmina, 1902)
    • Pif ! paf ! les gifles commencèrent à pleuvoir et la vaisselle à danser : […]. — (« Joséphine est enceinte » na Louis PergaudLes Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï