potage

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo 1 [Sepe]

potage \pɔ.taʒ\ linô kôlï

  1. sûpu
    • Les potages à la semouille, aux lazagnes, aux nouilles et autres pâtes, doivent s'opérer de la même manière et avec les mêmes précautions que le potage au vermicelle. — (Pierre-Marie-Jean Cousin de Courchamps, Néo-physiologie du goût, par ordre alphabétique; ou, Dictionnaire général de la Cuisine française  , Paris : 1839, lêmbëtï 388)
    • — Tant pis. Ça aurait bien fait, un potage à la Jacobine, servi par un huissier à chaîne d'argent. Hein ! Doguereau, connais-tu le potage à la Jacobine? — (Georges d'EsparbèsLa soldate  , éd. E. Flammarion, 1905, lêmbëtï 216)
    • – Oh, j’ai mangé mon potage, j’ai mangé mon potage, dit le prote sur un ton qui devenait peu à peu profondément dubitatif, comme si ce n’était pas là du tout quelque chose de sûr. Comme si le potage lui-même ou ce qui restait dans l’assiette devait lui aussi douter de sa propre existence et se croire hors-d’œuvre ou entrée ou desserts variés. Ou même rien du tout : un potage chez les morts. — (Jules SupervielleLe voleur d’enfants  , Gallimard, 1926, collection Folio, lêmbëtï 138)
    • 3° - Après cette période, s'alimenter pendant une semaine à peu près de la manière suivante :
      a - le matin : une assiettée de potage Julienne ou un fruit avec une tasse de café ou de thé peu sucré.
      — (Docteur Pierre Vachet, Vivre mieux, rester jeune  , éd. Grasset, 1958, 1975)
  2. ...
    • La maîtresse de maison, qui ne l'aimait pas et ne l'avait invité que par obligation, en quelque sorte, s'impatienta et déclara qu'on ne pouvait l'attendre indéfiniment : […]. Elle fit servir et plaça tout le monde, réservant toutefois une place au bout de la table. Talleyrand arriva après le potage. — (La politesse française: principes de la bonne éducation  , Tours : chez A. Mame et fils, 1929, lêmbëtï 107)

Pandôo 2[Sepe]

potage \pɔ.taʒ\ linô kôlï

  1. ...
    • Aujourd’hui, ces derniers se présentent comme les « potages », un étrange néologisme né de la contraction entre « pote » et « otage », «une façon humoristique et tendre de nommer une amitié», sourit l’un d’eux. — (Julie Brafman na Willy Le Devin, « Procès du 13 Novembre : deux heures trente dans un huis clos « surréaliste » avec les terroristes » na Libération  , 2021-10-20 → dîko mbëtï)

Âlïndïpa[Sepe]