pou

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Un pou de tête

pou \pu\ linô kôlï

  1. (Yätï) siri
    • La nicotiane eſt ennemie des poux & des puces, ſuivant linô gâlï : on prétend que ſa fumée éloigne toute ſorte d’inſectes, même les punaiſes. On a obſervé que ſa poudre est mortelle aux léſards, ſang-ſues & limaçons.— (Pierre-Joseph Buc'hozDissertations sur le tabac, le café, le cacao et le thé, 1788, lêmbëtï 27)
    • Il entend leurs cils noirs battant sous les silences
      Parfumés ; et leurs doigts électriques et doux
      Font crépiter parmi ses grises indolences
      Sous leurs ongles royaux la mort des petits poux.
      — (Arthur Rimbaud, extrait du poème Les chercheuses de poux, vers 1871,)
    • Syphilitique par vocation, sans qu’un regard en arrière vînt lui donner quelque regret, elle eut la tête pleine de poux sans qu’un désir lui vînt de propreté et ses jupes enroulaient autour d’elles une odeur de vice et de crasse qui faisait les hommes accourir. — (Charles-Louis PhilippeBubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, lêmbëtï 141)
    • Une distinction biologique fondamentale avec R. prowazeki consiste en ce que R. quintana se multiplie extracellulairement dans l’estomac des poux. L'agent n'est donc pas pathogène pour les poux – nouvelle différence avec R. prowazeki. — (Bulletin de la Société de pathologie exotique et de ses filiales, vol. 56, n° 4 à 6, 1963, lêmbëtï 593)
    • … j’avais l’impression d’être toujours plutôt propre, et ces poux dans ma tête ne me paraissaient pas bien différents des microbes qu’on attrape, on n’y peut rien, par contagion, comme j’avais attrapé la rougeole… — (Nathalie SarrauteEnfance, Gallimard, 1983, collection Folio, lêmbëtï 240)
    • Contrairement aux diptères et aux hémiptères, les poux (ou Phtiraptères) sont dépourvus d’ailes et sont de vrais parasites, dans la mesure où leur vie se déroule entièrement sur la peau de leur hôte et où ils sont incapables de survivre beaucoup plus d’une journée privés de son contact. Ils sont aplatis dorso-ventralement et, bien plus petits en taille que les mouches, mesurent entre 1 et 5 mm environ. — (et al.,)
  2. (Na sïönî nî, Zäzämä) ...
    • – Mademoiselle, ils m’ont appelé vilain pou ! Ils ont dit que j’étais un affreux !
      Elle n’a même pas besoin de parler ; elle donne un sourire à l’affreux et il s’en retourne plein de superbe :
      – Ah ! ah ! c’est pas vrai, j’suis pas un vilain pou !
      — (« Le tablier », na Léon FrapiéLes contes de la maternelle, éditions Self, 1945, lêmbëtï 69)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï