pour

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Tähüzü [Sepe]

pour \puʁ\

  1. na, ngbanga tî, tëtî
    • Cet homme fait de l’exercice pour sa santé.
    • Cette lettre n’est pas pour lui.
    • Ces gens-là semblent faits, sont faits l’un pour l’autre.
    • Cet homme n’est pas fait pour le métier qu’il a choisi.
    • Travailler pour la gloire.
    • Des vêtements pour enfants.
    • Dans quelle maison habiterai-je, trou, cabane, palais, château, la corde sifflait et s’empêtrait dans les jambes, palais ! On n’a pas de sous pour. — (Annie ErnauxLa femme gelée, 1981, réédition Quarto Gallimard, lêmbëtï 399)
  2. ...
    • Si vous l’eussiez voulu, pour vous, j’aurais pu conquérir des royaumes. — (Honoré de BalzacLes Marana, 1834)
    • Faites cela pour Dieu, pour l’amour de Dieu.
    • Il ne fera cela ni pour or, ni pour argent.
    • Je ne ferais pas cela pour un empire.
    • Il se lâche pour rien.
    • C’est pour cette raison qu’il est parti.
    • Il a été puni pour une faute légère.
    • Il est estimé pour ses vertus.
  3. ...
    • Ce que je dis est autant pour vous que pour moi.
    • Je lui parlerai pour vous.
    • Je tiens pour vous contre lui.
    • Tous les honnêtes gens sont pour vous.
    • Il avait tout le monde pour lui.
    • Plaider pour un tel contre tel autre.
    • Mourir pour la patrie.
  4. ...
    • La tendresse d’une mère pour ses enfants.
    • Son amour pour la patrie.
    • Mon affection, mon attachement pour vous.
    • Il est un peu refroidi pour moi.
    • J’ai du respect pour sa mémoire.
    • Mes sentiments pour vous ne sont pas douteux.
    • La haine, l’aversion qu’il a pour lui.
    • Ce remède est bon pour la fièvre.
  5. ...
    • C’est une grande perte pour vous.
    • C’est un grand bonheur pour moi.
    • C’est pour eux une grande consolation, un grand avantage.
    • Cela est heureux, malheureux pour votre ami.
    • Il y aurait du déshonneur pour vous.
    • Il y aura beaucoup de gloire pour lui.
  6. ...
    • Cette robe est bien chaude pour la saison.
    • La porte est bien étroite pour une pareille maison.
    • Sa dépense est peu considérable pour son revenu.
    • Son train est mesquin pour un ambassadeur.
    • Vous êtes trop savant pour moi.
    • Il est bien grand pour son âge.
    • Voilà une grande faiblesse pour un philosophe.
    • Ce qui est bon pour vous ne serait pas bon pour moi.
    • Cela ne vaut rien pour votre estomac.
    • Voilà une mauvaise affaire pour un homme accoutumé à en faire de si bonnes.
  7. ...
    • Y en a-t-il assez pour tout le monde ?
    • Cela est assez bon pour lui.
    • C’est assez pour aujourd’hui.
    • Ce couvercle est assez grand pour le vase.
    • Cet habit est trop petit pour ma taille.
    • Il a trop vécu pour sa gloire.
    • Il y en aura (sous-entendu : assez) pour tout le monde.
  8. ...
    • Il est encore assez jeune pour s’instruire.
    • Je suis assez votre ami pour ne pas vous flatter.
    • Il est trop franc pour vous tromper.
    • J’ai fait tout mon possible pour gagner son amitié.
    • Je manque de termes pour exprimer ce que je sens.
    • J’avais dit cela pour rire, et non pour vous fâcher.
    • Pour ne vous rien déguiser.
    • Pour ainsi dire.
    • Pour vous parler net.
    • Pour vous parler franc.
    • Pour dire le vrai.
    • Semer pour récolter.
    • Je suis venu pour le complimenter.
    • On l’a envoyé pour traiter de l’échange des prisonniers.
    • On le cherche pour l’arrêter.
  9. ...
    • J’ai donné mon argenterie pour un diamant.
    • Il a cédé sa voiture pour un morceau de pain.
    • À cette vente, on avait des tableaux de maître pour rien.
  10. ...
    • Cinq pour cent, dix pour cent, cent pour cent, etc.
  11. ...
    • Il répondit pour un tel à la sommation.
    • Jouez pour moi.
    • Ce mot s’emploie souvent pour tel autre.
    • Pour le président, le secrétaire général.
  12. ...
    • Ils l’ont laissé pour mort sur la place.
    • Tenez-moi pour un méchant homme si… pour qui me prenez-vous ?
    • Prendre quelqu’un pour employé, pour domestique.
    • Il l’a prise pour femme.
    • L’avoir pour ami.
    • On m’a pris pour dupe.
    • Je tiens pour certain.
    • J’ai pour principe.
    • Je me le tiens pour dit.
    • Il a pour lit une simple paillasse.
    • Être pour beaucoup, pour peu dans quelque chose, n’y être pour rien, Y avoir beaucoup de part, peu de part, n’en avoir point du tout.
    • Il n’est pas pour peu dans cette affaire.
    • Je suis pour beaucoup dans la résolution qu’il a prise.
    • Qu’on dise de sa conduite ce qu’on voudra, je n’y suis pour rien.
  13. ...
    • Mourir pour mourir, il vaut mieux que ce soit en faisant son devoir.
    • Ennui pour ennui, je préfère celui qui me profite.
    • Danger pour danger, il faut choisir celui qui promet de la gloire; la correspondance :
    • Traduire mot pour mot.
    • Il mourut deux ans après, jour pour jour; l’action réciproque :
    • Rendre amour pour amour.
    • La loi du talion, chez les juifs, consistait à perdre œil pour œil, dent pour dent, etc.
  14. ...
    • Pour quelques bons combien de méchants.
    • Pour un saint combien de réprouvés.
    • Pour deux ennemis qu’il s’attendait à combattre il en trouva cent.
    • Rendre le bien pour le mal.
  15. ...
    • Ils décidèrent de faire un feu pour la nuit. — (Eva Kavian, L’Homme que les chiens aimaient, ONLIT Éditions, 2016, lêmbëtï 98)
    • L’histoire est longue, il y en aurait pour deux heures.
    • Il y en a pour trois ans avant que ce monument soit achevé.
    • Je suis votre ami pour la vie.
    • Je n’en ai que pour un moment.
    • Pour toujours, pour jamais, pour un temps qui ne doit pas finir.
  16. ...
    • Les deux chevaliers s'étant donc accordés avec un égal plaisir à se reconnaître frères d'armes , ils se séparèrent pour ce moment, après mille protestations d’amitié. — (Pierre Louis de Rigaud Vaudreuil, Tableau des mœurs françaises aux temps de la chevalerie, Paris : Adrien Égron, 1825, vol.1, lêmbëtï 65)
    • Son bal était pour hier, est pour aujourd’hui.
    • Ce sera pour demain, pour après-demain.
  17. ...
    • Il est parti pour Londres, pour Naples, pour la France.
    • Ce paquebot partira demain pour France.
  18. ...
    • Mais pour votre femme, qui n'est pas si honnête, je vous conseille de ne pas chercher à la reprendre. — (VoltaireZadig ou la Destinée, XV. Le pêcheur)
    • Pour moi, je n’en ferai rien.
    • Pour lui, je n’en réponds pas.
    • Pour ce qui est de moi, soyez sans inquiétude.
    • Pour ce qui est de vous, je suis certain que vous réussirez.
    • Pour cela, pour ce qui est de cela, je le veux bien.
    • Pour son affaire, pour ce qui est de son affaire, j’en aurai soin.
    • Pour méchante, elle l’est.
    • À cette dernière marque de la constance et de l'amour de cette fille infortunée, je pleurai amèrement. Pour Domingue, il se frappait la poitrine, et perçait l'air de ses cris douloureux. — (Jacques-Henri Bernardin de Saint-PierrePaul et Virginie, 1788)
  19. ...
    • Il est bien ignorant pour avoir étudié si longtemps.
    • Il est bien grand pour être si jeune.
    • Pour être fêté partout, il n’en est pas plus fier.
  20. ...
    • Il y a ici pour contenter tous les goûts.
    • Faire une si longue traite, c’est pour en mourir.
    • Qu’allez-vous faire là ? Il y en a pour périr d’ennui.
  21. ...
    • Il a été chassé pour avoir trop parlé.
    • Il est malade pour avoir trop mangé, pour s’être livré à des excès.

Pandôo [Sepe]

pour \puʁ\ linô kôlï

  1. ...
    • Peser le pour et le contre.
    • Le recours aux actes de langage indirects dans la communication a souvent été expliqué en termes de politesse. Quels sont les pours et les contres de cette explication ? — (Sandrine Zufferey, Jacques Moeschler, Initiation à l’étude du sens : Sémantique et pragmatique, 2012)
    • Faire appel à des saisonniers : les pour et les contre. — (site pro.orange.fr,)
  2. ...
    • Les avis sont partagés, les pour et les contre s’équilibrent. — (Alain-Gilles Minella, Jeanne d’Arc Pour les Nuls, 2012)
    • Ici, les opinions divergent : […]. Concernant les pours, ils considèrent que chacun se voyant reconnaître une partie des prérogatives sociales, chacun a implicitement, mais nécessairement, la qualité d’associé. — (Jean-Louis Navarro, Memento de Jurisprudence. Droit des Sociétés - Le juge et l’associé, Hachette, 2010)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï