respiration

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

respiration \ʁɛs.pi.ʁa.sjɔ̃\ linô gâlï

  1. wöngö
    • S'il n'y a aucun signe plessimétrique ou stéthoscopique indiquant une lésion superficielle du poumon, et si la respiration est simplement affaiblie, on ne peut guère hésiter qu'entre l'existence d'indurations centrales ou disséminées et un état emphysémateux du poumon. — (Commentaire sur De l'auscultation plessimétrique, du docteur Noël Gueneau de Mussy (article paru dans L’Union médicale, 1976, n° 83, 85 & 87), publié dans Archives médicales belges, 1876, volume 10, page 198,)
    • Pris au dépourvu, je suis projeté violemment en avant; le pommeau de ma selle arabe m’empêche de passer par-dessus la tête de ma monture, mais me donne une contusion à l’épigastre qui m’enlève la respiration et me fait presque perdre connaissance. — (Frédéric WeisgerberTrois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, lêmbëtï 155)
    • La pénombre le dissimulait, la rumeur sourde des vaches qui ruminaient dominait le bruit de sa respiration précipitée ; […]. — (« La Vengeance du père Jourgeot » na Louis PergaudLes Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Il procédait à de profondes aspirations puis rejetait l'air en produisant une espèce de sifflement particulier […]. Ce sifflement est, je crois, particulier aux plongeurs tuamotus et je peux lui concevoir d'autre utilité que d'aider à régulariser la respiration. — (Alain GerbaultÀ la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • La respiration demeure calme, le cœur est encore bon, mais le sang lui dégouline du crâne sur le nez, dans les yeux, poisse la chemise. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Lino est apparu par la porte d'entrée, en se frottant les mains l'une contre l'autre pour les réchauffer. De la buée sortait de sa bouche à chacune de ses respirations. — (Mélisa Godet, Les Augustins, éd. Jean-Claude Lattès, 2014)
  2. (Sêndâfi) ...
    • L’eau nécessaire à la respiration pénètre par l’une des ouvertures, est chassée par l’autre, grâce aux contractions du manteau, et, sortant avec rapidité, refoule pour ainsi dire en sens contraire l’animal, qui nage seulement à l’aide des mouvemens respiratoires. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de BréauLes Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856, lêmbëtï 509)
    • L’aérage est une condition de première nécessité, car la respiration des ouvriers, la combustion des lumières et le tirage des coups de mine ne tarderaient pas à vicier l’air. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, 1869)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï