salon

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche
Bâa ngâ : salöon

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Le salon d'un appartement (sens 1).
Un salon du vin (sens 4).

salon \sa.lɔ̃\ linô kôlï

  1. (Kubû, Da) salöon
    • Quelle diversité dans mes journées ! La classe de Louis-le-Grand, les palabres de l’œuf à la coque, ma cellule communiste du quai de Javel, le tennis d’Auteuil, le salon de Tante Reine, la bibliothèque de l’Oncle… — (Pierre-Henri SimonLes Raisins verts , 1950)
    • De jour, le corridor était dans la pénombre et c'est presque à tâtons qu'on trouvait la clinche du salon d'attente. — (Georges SimenonLe voyageur de la Toussaint , Paris : Gallimard, 1941, chapitre 2)
    • Salon de musique.
    • J’imagine que cette pièce avait l’aspect mi-chapelle, mi-chambre d’amour qu’eurent si souvent les salons de musique de l’époque, avec leurs vitraux et leurs divans couverts de tapis turcs. Peut-être même y brûlait-on l’encens. — (Marguerite YourcenarSouvenirs pieux , 1974, collection Folio, lêmbëtï 319)
  2. (Zäzämä) ...
    • Depuis le mois de janvier, en effet, la bonne société de Lausanne se pressait dans les salons du poëte, qu'elle encourageait et récompensait par ses bravos, […]. — (Gustave Desnoiresterres, « Voltaire et la société au XVIIIe siècle » na 5e série : Voltaire aux Délices , 2e édition, Paris : chez Didier & Cie, 1875, lêmbëtï 298)
    • Une presse complaisante jusqu’à la servilité répandait dans le public, depuis les salons jusqu’aux mansardes, les idées les plus fausses et les plus dangereuses. — (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870) , Bloud & Barral, 1883, lêmbëtï 240)
    • […]; le jour où ils ont suffisamment pénétré dans les sanctuaires de l’État, dans les salons, dans les lieux de plaisir, ils cessent généralement d’être révolutionnaires et parlent savamment de l’évolution. — (Georges SorelRéflexions sur la violence , 1908, chapitre V La grève générale politique, lêmbëtï 227)
    • Je ne sais si vous avez à *** d'aussi bons catholiques que nous en avons à Paris. Le fait est que les salons ne sont plus tenables. Non-seulement les anciens dévots sont devenus aigres comme verjus, mais tous les ex-voltairiens de l'opposition politique se sont faits papistes. — (Prosper MériméeLettres à une inconnue , Paris : chez Lévy frères, 2e édition, 1876, volume 2, lêmbëtï 155)
    • Ainsi la télévision publique est-elle un thème de débat, une posture obligée, une rhétorique de salon qui mériterait de figurer dans les mythologies des couches cultivées. — (Monique DagnaudL’État et les Médias: Fin de partie , Éditions Odile Jacob, 2000)
  3. ...
    • Il a exposé ce tableau au dernier salon.
    1. (Könöngö) ...
      • L’ouverture, la clôture du salon.
      • Il a exposé ce tableau au dernier salon.
    2. (Könöngö) ...
      • Les salons de Diderot.
      • Ce critique fait le salon dans tel journal.
  4. (Sêkpängö) ...
    • Les grands festivals annuels en Bretagne constituent les vitrines de promotion de toute cette culture populaire : le FIL de Lorient, la Cornouaille de Quimper, la Lune de Landerneau, les Étonnants voyageurs de Saint-Malo, les (nouvelles) Vieilles charrues de Carhaix et son salon du livre breton, également en plein développement. — (Yves Guilloux, Le triskell et l’écharpe , 2004, lêmbëtï 71)
  5. ...
    • Il y a dans les promenades aux environs du Mont-Dore des endroits qu’on appelle des salons, ce sont des groupes d’arbres, des quinconces sous l’ombrage desquels les baigneurs vont passer quelques heures en plein air. — (Hector MalotSans famille , 1878)

Âkpalêtôngbi[Sepe]

Âlïndïpa[Sepe]