torpeur

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

torpeur \tɔʁ.pœʁ\ linô gâlï

  1. (Sêndânganga, Sêndâsa) längö
    • Ce malade est dans la torpeur.
  2. (Zäzämä) ...
    • Dans la tiède torpeur du réveil le père Jourgeot savoura ce délicieux engourdissement qui est comme la prise de conscience des bons sommeils réparateurs et des nuits tranquilles ; […]. — (Louis Pergaud, « La Vengeance du père Jourgeot » na Les Rustiques, nouvelles villageoises , 1921)
    • Un mois s’étant écoulé depuis le départ de Jacques, Yasmina vivait en une sorte de torpeur morne. — (Isabelle EberhardtYasmina , 1902)
    • Tout le monde excepté la mère avait pris la torpeur de cette attente pour le calme de l’innocence. — (Honoré de BalzacModeste Mignon , 1844 ; 1855, édition Houssiaux)
    • Et la rue retomba dans le demi-silence, la torpeur, la résignation qu’une descente de police laisse toujours derrière elle. — (Francis CarcoMessieurs les vrais de vrai , 1927)
    • La torpeur qui paralysait son cerveau lui procurait trop de bien-être pour qu’il tentât de la chasser. — (Francis CarcoL’Homme de minuit , 1938)
    • Les ouvrières ne se pressèrent pas, engourdies d’une torpeur de paresse, les bras abandonnés sur leurs jupes, tenant toujours d’une main leurs verres vides, où un peu de marc de café restait. — (Émile ZolaL’Assomoir , 1876)

Âlïndïpa[Sepe]