vampire

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Illustration d'un vampire (1).
Un vampire assoiffé de sang (1).

vampire \vɑ̃.piʁ\ linô kôlï

  1. (Könöngö) törö
    • De ces grands yeux noirs et humides s’échappait une âme de feu, comme un vampire qui sort d’une tombe, et s’attachait sur le beau visage de l’étranger. — (Léopold de Sacher-MasochDon Juan de Kolomea  , in « Contes Galiciens », traduction anonyme de 1874)
    • Est-ce que, pendant votre séjour dans les monts Carpathes, continua en riant le docteur, est-ce que par hasard vous auriez vu des vampires ? — (Alexandre DumasLes Mille et Un Fantômes)
    • Ils affirmaient, « avec preuves à l’appui », que les loups-garous courent la campagne, que les vampires, appelés stryges, parce qu’ils poussent des cris de strygies, s’abreuvent de sang humain, que les « staffii » errent à travers les ruines et deviennent malfaisants, si on oublie de leur porter chaque soir le boire et le manger. — (Jules VerneLe Château des Carpathes  , J. Hetzel et Compagnie, 1892, âlêmbëtï 17-27)}
    • Quant à la hyène, sa forme étrange, ses allures mystérieuses, son invisibilité le jour et les ricanements sinistres par lesquels elle annonce sa présence la nuit, en font pour l’indigène une espèce de vampire ou de loup-garou. — (Frédéric WeisgerberTrois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue  , Paris : Ernest Leroux, 1904, lêmbëtï 224)
    • La plus récente causerie de Wambery portait sur l’existence d’un tyran walachien, le Voïvode Drakula (ou Vlad Drakul), réputé buveur de sang humain. Le tout-Londres ne parle bientôt plus que de vampires. — (François Rivière, « Dracula, cent ans et toutes ses dents » na dans Libération  , 31 Kakauka 1987)
  2. (Zäzämä, Könöngö) ...
    • C’est ainsi que ce Vampire politique suçoit le sang de toute la France, tiroit de l’argent de tout le monde, & n’en donnoit à personne. — (Jean-Baptiste-Louis Coquereau, Mémoires concernant l’administration des finances, sous le ministere de M. l’Abbé Terrai  , 1776, lêmbëtï 53)
    • J’étais la croix sur la terre ! J’aurais jamais la conscience !… J’étais seulement que des instincts et puis du creux pour tout bouffer la pauvre pitance et les sacrifices des familles. J’étais un vampire dans un sens. — (Louis-Ferdinand CélineMort à crédit  , Denoël, Paris, 1936)
  3. (Zäzämä) ...
  4. ...
    • On trouve aussi dans les pays chauds du Nouveau-Monde un autre quadrupède volant dont on ne nous a pas transmis le nom américain, et que nous appellerons vampire, parce qu’il suce le sang des hommes et des animaux qui dorment, sans leur causer assez de douleur pour les éveiller […] Le vampire est plus petit que la rougette, qui est plus petite elle-même que la roussette. — (Georges-Louis Leclerc de BuffonŒuvres complètes de Buffon  , tome 11, 1835, lêmbëtï 278)
    • Ce que dit ici notre voyageur, sur les Vampires, n’a rien d’exagéré (…) Il avait tué un Vampire, qui portait 32 pouces d’envergure — (Père Yves d’Évreux, Voyage dans le Nord du Brésil, fait durant les années 1613 et 1614  , (Reproduit en fac-similé), publié, d’après l’exemplaire unique conservé à la Bibliothèque impériale de Paris)

Âlïndïpa[Sepe]