aliment

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Quelques aliments. (1)

aliment \a.li.mɑ̃\ linô kôlï

  1. kôbe
    • Les pois mûrs & secs sont un des légumes qui fournissent la purée la plus délicate, & l’aliment le moins grossier. — (Denis Diderot & Jean Le Rond d’AlembertEncyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers , page 884)
    • Le fruit nommé cul-de-chien, nèfle d’Allemagne, est astringent avant sa maturité ; lorsqu’il a molli sur la paille c’est un aliment fort agréable ; […]. — (Édouard Adolphe Duchesne, Répertoire des plantes utiles et des plantes vénéneuses du globe , Paris, Jules Renouard, 1836, lêmbëtï 249)
    • Dans l'état de vacuité, la membrane muqueuse de l'estomac est d'une couleur grisâtre. Au moment où les aliments s'accumulent dans le réservoir gastrique, cette membrane devient rose, […]. — (Jules Béclard, Traité élémentaire de physiologie humaine , livre 1 : Fonctions de nutrition 4e éd., Paris : chez P. Asselin, 1862, lêmbëtï 92)
    • Dans Mythologiques , Claude Lévi-Strauss écrit que cuire un aliment, c’est couper court au processus naturel qui fait qu’à terme un aliment cru (un légume, un fruit, un morceau de viande) devient une chose pourrie. — (Françoise Vergès, « À vos mangues ! » na traduction de Dominique Malaquais, dans Politique africaine , 2005/4, n° 100, lêmbëtï 320)
    • L’être humain, quel que soit l’âge, est méfiant en face d’un aliment qu’il consomme pour la première fois. — (Jacques Médart, Manuel pratique de nutrition: L’alimentation préventive et curative , 2009)
  2. (Tî kûne) tëngö-kôbe
    • Des biens destinés pour l’aliment des pauvres.
  3. (Zäzämä) ...
    • Défaites-vous, ma Fille, de cette laide et noire humeur qui est si contraire à l’esprit de Dieu et qui sert d’aliment à votre amour-propre, souvenez-vous que c’est une trop grande lâcheté que de se laisser vaincre à une petite imagination (…). — (Hercule Audiffret, Lettre à une religieuse, vers 1640-1650 ; cité par : Yves Chaussy, Un dévot bel esprit, le père Hercule Audiffret (1603-1659). Lettres de direction , éd. de la Source, 1974, lêmbëtï 111)
    • Personne ne fit d’abord attention à lui ; mais, lorsque la curiosité publique n’eut pas d’autre aliment, il devint le but de tous les regards. — (Alfred de VignyCinq-Mars , Michel Lévy frères, 1863, Chapitre III)
    • Le bois est l’aliment du feu.
    • Les sciences sont l’aliment de l’esprit.
    • L’aliment des passions.
    • L’aliment des factions.

Âlïndïpa[Sepe]