dot

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

dot \dɔt\ linô gâlï

  1. (Sêndâ ndïä) nginza tî pekô wâlï
    • Le père et la mère cherchent l’oiseau rare, mâle ou femelle, dont la dot arrondira la fortune du fils ou de la fille. — (Alfred Naquet, Vers l’union libre, 1908)
    • La Normandie avait adopté un régime dotal qu’on ne peut faire provenir du régime romain : les règles des deux sont très différentes, l’influence romaine est d'ailleurs douteuse sur la coutume normande : la dot ne désigne pas l'apport au mari par la femme, mais un apport du mari à la femme comme dans la dos ex marito du droit franc. — (Gabriel Lepointe, La Famille dans l'Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, lêmbëtï 184)
    • Il admet l’irrépétibilité de la constitution de dot, même si celle-ci, à la différence des aliments que nous venons d'évoquer, est intervenue par erreur, mais une erreur sur le seul caractère civilement obligatoire de la prestation. — (Philippe Didier, « Les obligations naturelles chez les derniers Sabiniens » na Revue Internationale des Droits de l'Antiquité, Office international de librairie, 3e série, tome 19, 1972, lêmbëtï 259)
    1. ...
      • Un coureur de dot : célibataire cherchant à épouser une fille richement dotée.
      • Quant aux pauvres filles sans dot, elles deviennent folles, elles meurent ; pour elles aucune pitié ! La beauté, les vertus ne sont pas des valeurs dans votre bazar humain. — (Honoré de BalzacLa Femme de trente ans, 1855)
      • Les prêtres s'entendent à merveille pour procurer de riches dots aux nobles appau­vris, au point qu'on a pu accuser l’Église de considérer le mariage comme un accouplement de gentilshommes vivant en marlous et de bourgeoises réduites au rôle de marmites. — (« 1908, page 340 » na Georges SorelRéflexions sur la violence, Chap.VII)
      • Et puis mon grand-père a fait faillite. Elle s’est crue déshonorée, au point qu’elle a rompu avec toutes ses relations de Verdun. La dot promise à papa ne fut pas versée. Elle trouva sublime qu’il ne lui en tînt pas rigueur et toute sa vie elle se sentit en faute devant lui. — (Simone de BeauvoirUne mort très douce, Gallimard, 1964, Le Livre de Poche, lêmbëtï 49)
      • « Pour se marier, un officier doit demander l’autorisation à son colonel et par contrat la fiancée doit apporter une dot. S’il n’y a pas de dot ou si elle est insuffisante, pas de mariage. » — (Édouard BledJ’avais un an en 1900, Fayard, 1987, Le Livre de Poche, lêmbëtï 125)
      • Si Apollônia désire, de son plein gré, se séparer de Philiskos, Philiskos lui restituera le montant net de la dot dans un délai de dix jours à compter de celui où elle aura formulé sa demande. — (« Publications de la Sorbonne, 2007, page 116 » na Bernard Legras, Les contrats de mariage grecs dans l’Égypte ptolémaïque : de l'histoire des femmes à celle du genre, dans Problèmes du genre en Grèce ancienne)
    2. ...
      • Elles restèrent longtemps accroupies autour du mangal à discuter le chiffre de la dot. On décida enfin que le fiancé apporterait quatre-vingt livres en or. — (Out-el-Kouloub, « Nazira » na "Trois contes de l'Amour et de la Mort", 1940)
    3. ...
      • Les immeubles qui font partie de la dot ne peuvent être aliénés ou hypothéqués qu’en certains cas.
      • La dot peut comprendre tous les biens présents et à venir de la femme.
    4. (Sêkpängö) ...
  2. (Nzapä) ...
    • Ces dots dont seront investis les corps glorieux. — (Paul ClaudelUn Poète regarde la croix, 1938)
    • Son esprit est son dot. — (Madame de Sévigné, Lettres, 15 Föndo 1680)

Âlïndïpa[Sepe]