grâce

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

grâce \ɡʁɑs\ wala \ɡʁas\ linô gâlï

  1. ...
    • Nous eûmes hier un joli concert suivi d'un bal : on ne connaît ici que le menuet. J'eus le plaisir d'en danser plusieurs avec une Portugaise charmante de seize ans et demi : elle a une taille de nymphe , une physionomie piquante, et la grâce plus belle encore que la beauté, on la nomme Dona Theresa. — (Évariste de Parny, « Lettre à son frère, de Rio-Janéiro, septembre 1773 », dans le recueil Œuvres d'Évariste Parnytome 1, Paris : chez Debray, impr. Didot l'aîné, 1808, p. 213)
    • On a généralement traité Aucassin comme un conte populaire, dont il fallait mettre en lumière la grâce un peu simplette et la naïveté. — (Albert Pauphilet, note préliminaire des Contes du jongleurParis : L’Édition d'Art H. Piazza, 1931, p.VI)
    • Il [son habit de bergère] avait une telle grâce sur elle, que, si son ennemie l’eût vue avec cet habit, elle [Vénus] lui en aurait donné un de déesse en la place. — (Jean de la FontainePsyché , t. II, lêmbëtï 154)
    • Vous n'êtes pas une femme, vous êtes la femme ! Et, comme suprême parangon de grâces et de beauté, vous vous devez à l’admiration de tous. — (Émile Colombey, Ninon de Lenclos et sa cour , Paris : Adolphe Delahays, 1858, lêmbëtï 117)
    1. pendere
  2. (Könöngö) ...
    • Parler, avec grâce.
    • Les grâces de la diction, soit en éloquence, soit en poésie, dépendent du choix des mots, de l’harmonie des phrases, et encore plus de la délicatesse des idées et des descriptions riantes. — (VoltaireDictionnaire philosophique : Grâce)
  3. ...
    • Je demande la mort pour grâce ou pour supplice. — (Pierre CorneilleHorace , IV, 7)
    • On lui dit qu’au Japon La fortune pour lors distribuait ses grâces. — (Jean de la FontaineFables , VII, 12)
    • Pour les grâces du roi, il faut toujours les espérer quand on les mérite toujours comme M. de Grignan. — (Marquise de Sévigné, 312)
    • Donnez des grâces aux familles qui augmentent la culture. — (François de Salignac de La Mothe-FénelonLes Aventures de Télémaque , XII, 1699)
    • (Zäzämä) État ou situation agréable que l'on a l'impression d'avoir reçu d'une force supérieur bienveillante.
    • Du grec charis, proche de chara, qui signifie « joie », le mot grâce peut être associé à ce qui est gratuit, à un cadeau. Le bonheur est une grâce qui nous est accordée si nous en cultivons les sources nommées plus haut. — (Christine Michaud et Thomas De KoninckLe Petit Prince est toujours vivant , Gallimard/Édito, 2020, lêmbëtï 68)
    • Ainsi les cœurs sont saisis d’une joie soudaine par la grâce inespérée d’un beau jour d’hiver, qui, après un temps pluvieux, vient réjouir tout d’un coup la face du monde. — (Jacques-Bénigne BossuetOraison funèbre de Marie-Thérèse d’Autriche, infante d’Espagne, reine de France et de Navarre, prononcée à Saint-Denis, le 1er de septembre 1683)
  4. (Könöngö) nzönî-bê
    • Le Prince […] ne peut naturellement vous recevoir en ce moment, mais il juge que votre venue est providentielle. Une dernière grâce du ciel, un heureux présage. — (H. G. WellsLa Guerre dans les airs , 1908; Paris: Mercure de France, édition de 1921, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, lêmbëtï 137)
    • Je puis croire pourtant, Sans trop de vanité, que je suis en sa grâce. — (MolièreLe Dépit amoureux , I, 3)
  5. ...
    • En effet, la façon dont le Sauveur s’y prend pour divulguer les grâces réservées à Lourdes est stupéfiante. Afin de les épandre, il ne se borne plus à faire célébrer ses miracles par une propagande toute orale ; non, […] Il en vient aussitôt aux grands moyens. — (Joris-Karl HuysmansLa Cathédrale , Plon-Nourrit, 1915)
    • Mais auparavant, par une pieuse coutume, nous disons quotidiennement notre prière en commun. D’abord parce que cela nous vaut des grâces particulières et ensuite parce qu’il fait moins froid ici qu’au premier étage… — (Germaine AcremantCes dames aux chapeaux verts , Plon, 1922, collection Le Livre de Poche, lêmbëtï 25)
    • J’étais supérieurement calé en matière d’histoire sainte et de doctrine catholique. Je pouvais argumenter avec éclat sur la grâce intérieure, qui est un don surnaturel, à nous accordé par Dieu à cause des mérites de Jésus-Christ, et qui se divise en grâce actuelle et en grâce habituelle, la première étant de caractère transitoire, et la seconde permanente.
      Rien ne m’était étranger de la distribution de la grâce, tantôt justifiante, tantôt sanctifiante. Je savais que la grâce habituelle fait passer l’âme de l’état de péché mortel à l’état de justice ou de grâce. — (Victor MéricLes Compagnons de l’Escopette , Paris: Éditions de l’Épi, 1930, lêmbëtï 248)
    • Il [Dieu] est toujours tout juste et tout bon ; mais sa grâce ne descend pas toujours avec même efficace ; Après certains moments que perdent nos longueurs, Elle quitte ces traits qui pénètrent nos cœurs. — (Pierre CorneillePolyeucte , I, 1)
    • Nous appelons grâce actuelle une inspiration de Dieu par laquelle il nous fait connaître sa volonté et par laquelle il nous excite à la vouloir accomplir. — (Blaise PascalProvençal , IV)
    • Je crois, comme vous, qu’il faut un peu de grâce et que la philosophie seule ne suffit pas. — (Marquise de Sévigné, 96)
    • On peut voir dans le même colloque l’état présent des controverses en Allemagne entre les luthériens et les calvinistes, et on voit que la doctrine constante des théologiens de la confession d’Augsbourg est que la grâce est universelle. — (Jacques-Bénigne BossuetHistoire des variations des Églises protestantes , XIV, § 106)
    • Les grâces de Dieu ne sont pas seulement pour nous des dons de Dieu, ni des bienfaits de sa miséricorde, mais de grandes charges devant Dieu. — (Louis BourdaloueSermon pour le dimanche de la Sexagésime : Sur la parole de Dieu , t. I, lêmbëtï 417)
    • Ô grâce, ô rayon salutaire, Viens me mettre avec moi d’accord ; Et, domptant par un doux effort Cet homme qui t’est si contraire, Fais ton esclave volontaire De cet esclave de la mort. — (Jean RacineCantique , 3)
    • (Zäzämä)Je vous ai déjà dit qu’il me fallait du temps [pour faire une tragédie], de la santé et flatus divinus ; j’attends le moment de la grâce. — (VoltaireLettre à M. le comte d’Argental, 3 mai 1756)
  6. paradöo,gbüngö-gerê
    • Je voudrais comme vous faire grâce à son âge. — (Pierre CorneilleSertorius , II, 1)
    • Il ne faut point de grâce à qui se voit sans crime. — (Pierre CorneillePertharite , V, 2)
    • J’aurais peine, seigneur, à lui refuser grâce. — (Pierre CorneilleSertorius , I, 3)
    • Reine, voyez pour qui vous me demandiez grâce. — (Pierre CorneilleLa Mort de Pompée , IV, 5)
    • Et l’on donne grâce aisément à ce dont on n'est pas le maître [et nous pardonnons aisément des transports dont on n’est pas le maître]. — (MolièreAmphitryon , II, 6)
    • Elle a vu venir le coup sans demander grâce. — (Esprit FléchierMme de Montausier)
    • Dieu ne fait jamais grâce à qui ne l’aime point. — (Nicolas Boileau-DespréauxÉpîtres , 1695, XII À l’abbé Renaudot)
    • S’il venait à mes pieds me demander sa grâce. — (Jean RacineAndromaque , II, 1)
  7. (Mbîrîmbîrî nî) ...
    • Quelques journaux manquaient à la collection. C’étaient ceux qui relataient comment Charlotte, condamnée à mort, avait vu sa peine commuée en celle des travaux forcés à perpétuité. Pourquoi cette mesure de grâce ? — (Jules MaryLes filles de la Pocharde , 1897-1898)
    • J’ai eu ma grâce de cette affaire. - Oui, mais cette grâce n’éteint pas peut-être le ressentiment des parents et des amis. — (MolièreDom Juan ou Le Festin de pierre , I, 2)
    • Le prince perdrait le plus bel attribut de sa souveraineté, qui est celui de faire grâce. — (MontesquieuDe l’esprit des lois , VI, 5)
  8. (Sêndâdünîa) ...
  9. (Sêmîngi) ...
  10. (Sêmîngi) ...
    • La pauvre vieille Gerbaud partie, mon frère a dit les grâces, puis il s'est tourné vers cet homme, et il lui a dit : vous devez avoir bien besoin de votre lit. Madame Magloire a enlevé le couvert bien vite. — (Victor HugoLes Misérables , 1862, I, 2, 4)
    • Tous récitèrent debout les grâces et Durtal prit rendez-vous avec l’abbé Plomb pour visiter la Cathédrale ; […]. — (Joris-Karl HuysmansLa Cathédrale , Plon-Nourrit, 1915)
    • Elle se montrait avant que les élèves eussent quitté le réfectoire, tout exprès pour agacer Santos, qui, ayant déjeuné en grande hâte, et étant obligé de rester à son banc, trépignait d’impatience, prêt à bondir dehors, aussitôt les grâces dites. — (Valery LarbaudFermina Márquez , 1911, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 221)
  11. (Sêmîngi, Mbäkôro, Hëngö-ndo) ...
    • En vain je parcourais les promenades d'un petit air vainqueur; je me dandinais, je frappais l'air de ma badine d'ébène, j'arrangeais mes cheveux, je dérangeais ma cravate; en un mot, je me donnais des grâces: rien n'y faisait. — (Édouard Lemoine, « Une maison de Bouillotte » na le Musée français , 1837, volume 2, lêmbëtï 254)

Ngëmä [Sepe]

grâce \ɡʁɑs\ wala \ɡʁas\

  1. ...
    • Grâce ! Ce que vous me dites me peine.
  2. ...
    • D’un agile mouvement de patte, le chat saisit la souris et la souleva du sol.
      « Grâce ! » supplia la souris, effrayée. « Je t’en prie ! Ne me mange pas ! »
    • Assourdi par le bourdonnement des insectes, battu par des queues d’oiseau, suffoqué par des haleines, il marchait les bras tendus et les paupières closes comme un aveugle, sans même avoir la force de crier « grâce ! »— (Gustave FlaubertTrois Contes : La Légende de Saint Julien l’Hospitalier , 1877)

Âlïndïpa[Sepe]