Aller au contenu

grâce

Alöndö na Wiktionary

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

grâce \ɡʁɑs\ wala \ɡʁas\ linô gâlï

    1. pendere
  1. (Könöngö) nzönî-bê, nzöbê
    • Le Prince […] ne peut naturellement vous recevoir en ce moment, mais il juge que votre venue est providentielle. Une dernière grâce du ciel, un heureux présage. — (H. G. WellsLa Guerre dans les airs , 1908; Paris: Mercure de France, édition de 1921, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, lêmbëtï 137)
    • Je puis croire pourtant, Sans trop de vanité, que je suis en sa grâce. — (MolièreLe Dépit amoureux , I, 3)
  2. paradöo, gbüngö-gerê
    • Je voudrais comme vous faire grâce à son âge. — (Pierre CorneilleSertorius , II, 1)
    • Il ne faut point de grâce à qui se voit sans crime. — (Pierre CorneillePertharite , V, 2)
    • J’aurais peine, seigneur, à lui refuser grâce. — (Pierre CorneilleSertorius , I, 3)
    • Reine, voyez pour qui vous me demandiez grâce. — (Pierre CorneilleLa Mort de Pompée , IV, 5)
    • Et l’on donne grâce aisément à ce dont on n'est pas le maître [et nous pardonnons aisément des transports dont on n’est pas le maître]. — (MolièreAmphitryon , II, 6)
    • Elle a vu venir le coup sans demander grâce. — (Esprit FléchierMme de Montausier )
    • Dieu ne fait jamais grâce à qui ne l’aime point. — (Nicolas Boileau-DespréauxÉpîtres , 1695, XII À l’abbé Renaudot)
    • S’il venait à mes pieds me demander sa grâce. — (Jean RacineAndromaque , II, 1)

Âlïndïpa[Sepe]