lion

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Angelë[Sepe]

Pandôo [Sepe]

lion \ˈlaɪ.ən\

  1. (Nyama) bâmarä

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Un lion
Armoiries avec un lion (sens héraldique)

lion \ljɔ̃\ linô kôlï

  1. (Sêndâsa, Nyama) bâmarä
    • […] ; le singe, le tigre, le lion éloignés de leur patrie et enfermés dans nos ménageries ne tardent pas à tomber dans un état de décrépitude complet et sont presque toujours enlevés par la phthisie. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France, École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Le lion a complètement disparu de la région dont nous nous occupons; mais il joue un grand rôle dans les contes indigènes, qui le représentent comme un animal essentiellement noble et magnanime. — (Frédéric WeisgerberTrois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, lêmbëtï 224)
  2. ...
    • En même temps, le ministre des jeux s’avança pour demander s’il fallait lâcher contre le bestiaire un lion ou un taureau furieux, qu’on entendait rugir dans leurs cages. — (Alexandre GuiraudFlavien ou de Rome au désert, Paris : chez Levavasseur, 1835, volume 3, lêmbëtï 185)
    • Les conservateurs exagèrent ; et s’ils ont le moindre sens de justice, enfin, ils ne s’étonneront point que Paul Klee méprise les montagnes à sommet de 4.810 mètres, les chutes du Niagara et tous les animaux à réputation trop bien établie même s’ils passent pour féroces, tels les lions : ces commis-voyageurs du désert à cravate Lavallière — (René CrevelPaul Klee, 1930)
  3. (Zäzämä) ...
    • C’est un lion, un vrai lion, il est hardi comme un lion : Il est très brave.
    • Se défendre comme un lion : Se défendre avec un très grand courage.
    • Depuis qu’il a l’épaulette, il est devenu un régulier, ce réfractaire ! Il attend peut-être la croix ou le brevet d’officier pour de bon dans l’armée ! Et s’il s’est battu comme un lion, c’est comme un lion qui a assez du jeûne dans le désert, et veut la pâtée de la ménagerie et les bravos de la foule ! — (Jules VallèsL’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
  4. (Sendâvârä) ...
    • […]; elle ne signait pas en vain Nieuport-la-Noble ; elle ne portait pas pour rien sur son blason un lion lampassé issant d'une nef et brandissant une hallebarde. — (Charles Le GofficBourguignottes et pompons rouges, 1916, lêmbëtï 103)
    • Symbole de la force, le lion orne les blasons de familles aristocratiques anglaises dès le 12e siècle : Richard Coeur de Lion en fait ses armes, une tradition qui perdure depuis au sein de la royauté. — (Anne-Marie SicotteHistoire inédite des Patriotes, Fides, 2016, lêmbëtï 87)
    • D’azur au lion d’or, qui est de Contamines-Montjoie → bâa illustration « armoiries avec un lion »
  5. (Mbäkôro, Zäzämä) ...
    • Ainsi donc, croyants, incrédules, ignorants et savants, tous eurent les yeux fixés sur le docteur ; il devint le lion du jour sans se douter qu’il portât une crinière. — (Jules VerneCinq semaines en ballon, 1863)
  6. (Mbäkôro) ...
  7. ...
  8. ...
    • Dès 25 ans, les premières rides apparaissent et on ne peut s’empêcher de fixer la naissance de la ride du lion ou du front dans le miroir. — (Estelle Abéjean, « Antirides : combattre la ride du lion et les rides du front » na Cosmopolitan, 2012 → dîko mbëtï)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï