mentir

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Palî [Sepe]

mentir \mɑ̃.tiʁ\

  1. dü mvene,tene mvene
    • Le colonel éprouvait, tandis que les mots sortaient de ses lèvres, qu’il mentait de moins en moins, ou si l’on préfère, que ce qui était mensonge durant les premiers mots était en train de devenir vérité pure, sans aucun alliage suspect. — (Jules SupervielleLe voleur d’enfants  , Gallimard, 1926, collection Folio, lêmbëtï 140)
    • La vérité, c'est une agonie qui n'en finit pas. La vérité de ce monde c'est la mort. Il faut choisir, mourir ou mentir. Je n'ai jamais pu me tuer moi. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit  , Denoël et Steele, Paris, 1932, éd. 1942, p. 156)
    • Delcassé ne mentait pas, mais il lui arrivait de tromper sur ses intentions, sur ses projets. — (Joseph CaillauxMes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse  , 1942)
    • Puisqu'il ne faut jamais mentir, alors il faut mentir de temps en temps : l'obligation d'être véridique à tout prix contraint à mentir quand la vérité elle-même est plus fallacieuse que le mensonge. — (Raphaël EnthovenLe Mensonge  , Philosophie magazine n° 20, novembre 2009)
  2. (Könöngö) ...
    • D’un tyran il n’avait assurément que le visage, comme si le froid des longs hivers et la bonne humeur raisonnable de sa race fussent entrés en lui pour lui faire un cœur simple, doux, et qui mentait à son aspect redoutable. — (Louis HémonMaria Chapdelaine  , J.-A. LeFebvre, Montréal, 1916)
  3. (Mbäkôro, Kürü) ...
    • Mentir à son passé, à sa réputation.
  4. (Bâalê, Wapolïpa) ...
  5. (Na pöpö terê, Wapolïpa) ...
    • Elles se sont toujours menti.
  6. (Ngbêne, Wambenze) ...
    • Je m'assis cependant: je mentis l'allégresse
      Pour ne pas nous trahir, dévorant ma tristesse,
      J'ai souri, quand pleurer m'aurait été si doux !
      — (Édouard Thierry, Les enfants et les anges  , Déception ; A. Belin imprimeur-libraire, Delaunay libraire, Mesnier libraire, 1833, lêmbëtï 170)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed.  , 1995 → dîko mbëtï