Aller au contenu

moineau

Alöndö na Wiktionary

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Moineau domestique (Passer domesticus Linnaeus, 1758)
Moineau rutilant (Passer rutilans Temminck, 1835)

moineau \mwɛ.no\ wala \mwa.no\ linô kôlï

  1. (Nyama) nzêrê
    • Les moineaux, ces inévitables parasites de l’homme, ont établi leur quartier-général dans les ruines du vieux château. — (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, « L’Archipel de Chausey, souvenirs d’un Naturaliste » na Revue des Deux Mondes , tome 30, 1842)
    • Un moineau, à qui manquait une patte, qu’on avait remplacée par un bout d’allumette, sautillait gaiement sur l’épaule et sur la tête du vieillard. — (Anatole FranceLe Lys rouge , 1894, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 123)
    • En proie à une étrange surexcitation, il ne cessait de chanter :
      Ils sont dans les vignes, les moineaux !
      Ils sont dans les vignes !
      tournant autour de la table de la salle à manger sans qu’on pût l’arrêter.
      — (Michel LeirisL’Âge d’homme , 1939, collection Folio, lêmbëtï 118)
    • Puis, les allées et venues des moineaux au rayon des pâtes, en face de sa caisse, retiennent son attention. Les piafs se faufilent sous les comptoirs et les plus culottés s'attaquent aux paquets de cellophane sous les rayons. — (Catherine Moret-Courtel, La Caissière , Éditions Belfond, 2010)
      • Cette idée de contempler, mais aussi de prendre un arrêt forcé, m’avait convaincu de ne considérer que le transit par la terre et la voie maritime, plutôt que de me laisser tenter par un vol de moineau entre les deux grandes villes. — (Jonathan Custeau, « Sous le soleil de Victoria » na La Tribune , Sherbrooke, 30 septembre 2020 → dîko mbëtï)
  2. (Mbumbuse, Tî môlengê, Sêkpängö) këngë
    • On était aux petits oiseaux, hier matin, [...]. On avait même « le moineau à l'air »! Si on s'est mis carrément à nu, c'est quand même pour la bonne cause. — (« Flambants nus pour une bonne cause », La Tribune, Sherbrooke, 16 mars 2000  → dîko mbëtï)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed. , 1995 → dîko mbëtï