père

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche
Bâa ngâ : Pêrë, pêrë, pere

Yângâ tî Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Un père avec son enfant.

père \pɛʁ\ linô kôlï

  1. babâ
    • Rabalan était le dernier représentant d’une famille de sorciers qui, durant plus d’un siècle, régnèrent dans Trélotte. Son arrière-grand-père, son grand-père, son père, tous ses oncles et tous ses cousins avaient été sorciers, et l’on racontait d’eux des choses terribles et merveilleuses. — (Octave MirbeauContes cruels : Rabalan)
    • À mon père, inaccessible et caché comme un dieu, je ne saurais directement penser. — (Pierre Michon, « Vies d'Eugène et de Clara » na Vies minuscules , éd. Gallimard, coll. « Folio », 1984, lêmbëtï 71)
    • Un bon père, un père tendre.
    • Être père de plusieurs enfants.
    • Tendresse de père, amour de père.
    • Il faut honorer son père et sa mère, respecter son père, obéir à son père.
    • Les enfants ne peuvent avoir trop de déférence, trop de respect pour leur père.
    • Cet enfant a perdu ses père et mère.
  2. ...
  3. (Könöngö) ...
    • C’est la loi de mes pères, répondit Rébecca ; elle leur a été donnée au milieu des foudres de la tempête, sur le mont Sinaï, dans la nue et dans le feu. — (Walter ScottIvanhoé , traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Nos pères étaient donc plus sages que nous lorsqu’ils repoussaient l’idée des courses. — (Jean Déhès, Essai sur l’amélioration des races chevalines de la France , École impériale vétérinaire de Toulouse, Thèse de médecine vétérinaire, 1868)
    • Nous considérons aujourd’hui comme une parfaite cuistrerie l’ancienne prétention qu’eurent nos pères de créer une science de l’art ou encore de décrire l’œuvre d’art […] — (Georges SorelRéflexions sur la violence , 1908, chap. IV La Grève prolétarienne, lêmbëtï 195)
  4. (Zäzämä) ...
    • Cicéron fut appelé le père de la patrie.
    • Ce général est le père de ses soldats.
    • Cet homme est le père des pauvres.
    • Ce maître est un père pour ses élèves.
  5. (Nzapä) ...
    • En vain donc ces dangereux interprètes nous crient que le gros des Pères n'a jamais examiné critiquement, le vrai ou le faux des explications littérales de la Bible ; qu'aussi la Tradition varie fort sur cela ; […]. — (Père Ignace de Laubrussel, Traité des Abus de la Critique en Matière de Religion , Paris : Grégoire du Puis, 1711, vol.2, lêmbëtï 135)
    • Alors que les premiers Pères expliquaient les analogies entre les enseignements des Écritures et ceux des philosophes par des contrefaçons diaboliques […] un Origène, un Eusèbe, un Ambroise recourent à la théorie du plagiat des Écritures par les Sages de la Grèce. — (Louis RougierHistoire d’une faillite philosophique : la Scolastique , 1966)
  6. ...
    • Cet écrivain est considéré comme le père de la poésie anglaise. — (Magali FavreSi la langue française m'était contée , Fides, 2021, lêmbëtï 203)
    • Mon département a eu l’honneur de donner naissance au père de l’Entomologie ; l’illustre Latreille. — (Edmond Perrier, préface à Le Faune de France - Coléoptères de Alexandre Acloque, Baillière, 1896)
    • Mais ce fut le comte de Chardonnet […] qui fut véritablement le père de ce nouveau produit industriel. — (D. de Prat, Nouveau Manuel complet de filature ; 1ère partie : Fibres animales & minérales , Encyclopédie Roret, 1914)
    • Tout autre fut l’attitude de l’oratorien Richard Simon, le père de la critique biblique, dont les controverses avec Bossuet sont restées célèbres. — (Léon BermanHistoire des Juifs de France des origines à nos jours , 1937)
    • Remarquons d’entrée de jeu qu’il faut méconnaître le père de la théorie de la relativité pour imaginer qu’il ait pu assimiler l’astrologie à une « science ». — (Denis Hamel, « Albert Einstein, astrologue ? Vous voulez rire ? La fin d’un canular » na Le Québec sceptique , n°57, été 2005, lêmbëtï 31)
    • Il y est encouragé par l’ingénieur Oskar von Miller, le « père » de l’hydroélectricité allemande, qui y voit une solution pour électrifier le pays. — (Ludovic Dupin, « La Centrale qui a électrifié la Bavière » na L’Usine nouvelle , n°3252, 8 septembre 2011, lêmbëtï 8)
  7. ...
    • Le père Cotton craignait si peu que ses pénitentes le quittassent, qu’au contraire il leur conseillait d’aller parfois aux autres confesseurs […] — (Jules MicheletDu prêtre, de la femme, de la famille , Hachette & Paulin, 1845, 3e éd., lêmbëtï 83)
    • Ces négociants, volés et persiflés par les jésuites, les attaquèrent en justice réglée ; ils prétendirent que ces pères, en vertu de leurs constitutions, étaient solidaires les uns pour les autres, et que ceux de France devaient acquitter les dettes des missions américaines. — (Jean le Rond d’AlembertLa Suppression des jésuites (éd. populaire abrégée) , Édouard Cornély, 1888)
    • À peine majeur et par les soins de l’Ignacien, Laurent Tailhade fut marié à une hoberelle bretonne dont le terre à terre provincial et l'esprit façonné par les Pères étaient capables de couper les ailes au poète le mieux doué. — (Fernand KolneyLaurent Tailhade: son œuvre, étude critique , Carnet-Critique, 1922, lêmbëtï 9)
  8. (Nzapä) ...
    • Le père, le fils et le Saint-Esprit.
    • Le père éternel.
  9. (Zäzämä, Mbumbuse, Mbäkôro) ...
    • Par un entrebâillement de rideaux, un rayon de soleil planta dans la pièce sa lance d’or, et son éclat […] sembla transformer la chambre du poêle du père Jourgeot. — (Louis Pergaud, « La Vengeance du père Jourgeot » na Les Rustiques, nouvelles villageoises , 1921)
    • Un jour, je découvris une inscription toute fraîche sur le mur de l’École, je m’approchai et lus : « Le père Barrault est un con . » […] Mais, quand je détournais mon regard [du mot « con »], c’était pour retrouver l’appellation infâme : « le père Barrault », qui m’épouvantait plus encore : le mot « con », après tout, je ne faisais qu’en augurer le sens ; mais je savais très bien qui on appelait « père Untel » dans ma famille : les jardiniers, les facteurs, le père de la bonne, bref les vieux pauvres. Quelqu’un voyait M. Barrault, l’instituteur, le collègue de mon grand-père, sous l’aspect d'un vieux pauvre. […] Il me semblait à la fois qu’un fou cruel raillait ma politesse, mon respect, mon zèle, le plaisir que j’avais chaque matin à ôter ma casquette en disant « Bonjour, Monsieur l’Instituteur » et que j’étais moi-même ce fou, que les vilains mots et les vilaines pensées pullulaient dans mon cœur. […] Je murmurai : « Le père Barrault pue » et tout se mit à tourner : je m’enfuis en pleurant. Dès le lendemain je retrouvai ma déférence pour M. Barrault, pour son col de celluloïd et son nœud papillon. — (Jean-Paul SartreLes Mots , I, 1964)
    • D’abord le père Perrault. (Le titre de père, en Craonnais, est obligatoirement accolé au nom des hommes, même célibataires, qui ont dépassé la quarantaine et n’ont pas droit, de naissance, à s’entendre appeler « monsieur ». Il est officiellement employé en chaire.) — (Hervé Bazin, Vipère au poing, 1948, V)
  10. ...

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed. , 1995 → dîko mbëtï