riz

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

Du riz (2) brun.

riz \ʁi\ linô kôlï

  1. (Sêndâsên, Kugbëkâsa) lôlo
    • On constate par la suite une « poussée géographique du riz vers l’Indonésie, ainsi que vers le Tibet et le Japon. Au riz aquatique, ce « riz noble » auquel nous songeons le plus souvent et qui n’occupe que d’assez faibles superficies, il convient d’ajouter le riz à culture sèche, ou « riz pauvre », semé à même le sol après débroussaillement, sans aucun labourage, et qu’on trouve en particulier en Malaisie, en Indonésie, à Madagascar, ainsi que dans certaines régions de l’Inde et du Vietnam.— (François Gros, L’Ingénierie du vivant, 1990, page 37)
    • Le riz est moissonné proche du sol. L’égrenage de cette céréale à grain vêtu fait appel à deux techniques : le chaubage sur une grosse pierre et le dépiquage sous les sabots des bœufs. — (Couscous, boulgour et polenta: Transformer et consommer les céréales dans le monde, Karthala, 2010, page 268)
    • Le riz est la céréale la plus cultivée dans le monde… Elle constitue l’aliment de base de plus de la moitié de l’humanité. Outre son utilisation directe dans l’alimentation humaine, les grains de riz servent à fabriquer alcool, amidon et dérivés, huile, produits pharmaceutiques, aliments diététiques, etc. Les sous-produits de transformation (brisure, farine, tourteau) et la paille sont utilisés en alimentation animale. Les balles de riz servent de combustible et les cendres d’engrais. La paille est également utilisée comme litière, comme matière première pour la fabrication de pâte à papier ou encore pour la fabrication de papier mural. — (Cirad/Gret/MAE, Mémento de l’Agronome, 1 692 pages, page 799, 2002, Paris, France, Cirad/Gret/Ministère des Affaires Étrangères)
  2. ...
    • Le gofio est pour le paysan canarien ce qu’est le macaroni pour les lazzaroni, le riz pour les Indiens, la banane pour les Nègres, la pomme de terre pour l’Irlandais. — (Marie-Armand-Pascal D’Avezac, Iles de l’Afrique, dans la collection L’Univers : Histoire et description de tous les peuples)
    • Quand le riz fut cuit à point, à peine crevé et non réduit en bouillie, comme le servent bien souvent les cuisinières parisiennes, elle le dressa sur une écuelle en une pyramide à large base, et le porta dans la voiture. — (Hector MalotEn famille, 1893)
    • En remplaçant la farine de blé par une farine composée de trois parts de farine de riz à faible teneur en amylose pour une part de farine de riz gluant. on a produit des petits pains satisfaisants pour les personnes sensibles au gluten (Stucy Johnson, 1988). — (Bienvenido O. Juliano, Le riz dans la nutrition humaine, 1994, page 127)
    • Les Kpellés utilisent le même expression, gba-mi, pour dire «manger du riz» et «riz». C’est dire l’importance symbolique du riz. Pour préparer un plat de riz, la femme kpellée le fait bouillir dans une grande casserole, puis le couvre, et laisse achever la cuisson feu éteint.— (Michelle Jeanguyot, Nour Ahmadi, Grain de riz, grain de vie, 2002, page 120)
    • La photo ci-contre illustre une forme d’agriculture qui perdure et dans laquelle les modes de récolte ne modifient pas les caractéristiques de dissémination des espèces. Le riz sauvage (récolté tous les 2 jours, par des femmes et enfants fouettant les épis à l'aide de paniers tressés retenant les épillets prêts à tomber) conserve sa caducité.— (AgroParisTech, Domestication et diversification des espèces cultivées, 2004,)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï