bol

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo 1 [Sepe]

bol \bɔl\ linô kôlï

  1. (Sêndâtênë) ...
    • La terre pourrie, les bols, [employés pour l’avivage des métaux] sont des argiles non plastiques plus ou moins riches en oxyde de fer. — (M. Gasnier, Dépôts métalliques directs et indirects, 1927, lêmbëtï 266)
    • Bol d’Arménie., utilisé pour la fabrication d'icônes chez les chrétiens orthodoxes.
  2. (Ngbêne) (Sêndânganga) ...
    • Bol d’Arménie.
  3. (Könöngö) ...
    1. (Akängö-yorö) ...
      • Il me survint un étouffement périodique, qui durait vingt-quatre heures. On prétend qu'il était occasionné par les frictions mercurielles que m'avait prodiguées, sans nécessité, le jeune Labadie, et par les bols pris intérieurement, que me prodiguait également mon ami Bonnet l'apothicaire — (Nicolas Rétif de la BretonneMonsieur Nicolas, Bibliothèque de la Pléiade, 1796, Tome 1, lêmbëtï 988)
    2. ...
      • Les comprimés, et les bols (gros comprimés) sont un des moyens les plus faciles et les plus sûrs de donner un médicament. Ils n’ont pas besoin d’être mélangés à l’eau. Ils sont faciles à doser.— (Bill Forse, Christian Meyer et al., Que faire sans vétérinaire ?, Cirad / CTA / Kathala, 2002, lêmbëtï 340 → dîko mbëtï)
    3. (Sêndânganga) ...
  4. (Sêndâgao) ...

Pandôo 2[Sepe]

Deux bols (1).

bol \bɔl\ linô kôlï

  1. dû tî sembë
    • Quand on eut mangé l’omelette, la servante apporta un bol plein de groseilles à maquereau. — (André DhôtelLe Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Un bol de porcelaine, de faïence, d’argent.
    • Chaque personne dispose d’un bol de riz, d’une paire de baguettes de bois ou de bambou, d’une cuillère de porcelaine à fond plat et d’une petite assiette.
  2. (Könöngö) ...
  3. (Mbumbuse) päsä
    • Quel bol ! Il a toujours du bol.
  4. (Tî kûne) li,biöli
    • À la snobinarde, qu’il défouraille, le gestapien ! Comme le marquis du Glandard au tir aux pigeons de Saint-Cloud ! Le grand maigre s’abat d'une masse, une olive en plein bol... — (Frédéric Dard (San-Antonio), Fais gaffe à tes os, Fleuve Noir, 1956)
    • Leur chagrin leur tourneboule parfois le bol, aux grognaces, et elles vous servent des tartines de bobards en veux-tu en voilà ! — (Frédéric Dard (San-Antonio), Tout le plaisir est pour moi, Fleuve Noir, 1959, âlêmbëtï 26-27)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï