ennuyer

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Palî [Sepe]

ennuyer \ɑ̃.nɥi.je\

  1. meredêe}
    • Nous étions tous possédés d’une inquiétude lente qui nous faisait languir. Personne ne s’ennuyait, mais cette sensation poignante était cent fois pire que l’ennui. Il paraissait d’avance que cette nuit n’aurait pas de fin. — (Ivan Tourgueniev, « L'Exécution de Troppmann » na avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff  , Savine, 1887)
    • Je craignais que toutes mes lettres ne l’ennuyassent. Je faisais ce que je pouvais pour qu'elles ne fussent pas longues. J'y réussissais rarement; elle me plaignait; elle m'écrivait souvent, cela est vrai; je vivais de ses lettres. — (Mémoires de M. le duc de Lauzun  , Paris : chez Barrois l'Aîné, 1822, lêmbëtï 385)
    • Il m’ennuie d’être si longtemps séparé de vous. — J’ai cessé de les fréquenter, il m’ennuyait d’entendre toujours déraisonner.
  2. ...
    • Sa défaite l’ennuie beaucoup.
  3. (Wapolïpa) ...
    • On avait beau le corriger quand les voisins le ramenait en carriole, l'habitude de ces fugues était prise. […]. Si une semaine s'écoulait sans escapade, on le voyait s'ennuyer, dépérir et fureter dans le logis pour trouver une issue. — (Francis CarcoL’Homme de minuit  , 1938)
  4. (Wapolïpa) ...
    • Revenez au plus vite : je m’ennuie de vous.
  5. (Wapolïpa) ...
    • — Le petit est malade. Je ne sais pas ce qu’il a… Je m’ennuie. — (Ernest PérochonNêne  , 1920)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed.  , 1995 → dîko mbëtï