mari

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo 1 [Sepe]

mari \ma.ʁi\ linô kôlï

  1. kôlï
    • Néanmoins la foi conjugale est sans cesse violée dans les grandes sociétés policées. Il est peu de maris qui soient fidèles à leurs femmes ; il est peu de femmes qui soient fidelles à leurs maris. — (Jean-Claude de La Métherie, De l’homme considéré moralement: de ses mœurs, et de celles des animaux, vol.2, page 268, an XI)
    • Dans ce temps, tu étais jeune, belle, insouciante, sinon heureuse ; un mari te rendra, en peu de jours, ce que je suis déjà, laide, souffrante et vieille. — (Honoré de BalzacLa Femme de trente ans, 1855)
    • Une Liménienne déjeûne le matin, avec son mari en petit peignoir à la française, ses cheveux retroussés absolument comme nos dames de Paris ; […]. — (Flora Tristan; Les Femmes de Limadans Revue de Paris, tome 32, 1836,)
    • […],j’ai bien cru que c’était une de ces femmes comme on en voit beaucoup, qui prennent un mari pour avoir une contenance, qui le choisissent riche pour se donner du bon temps, et bête pour le duper sans danger. — (« Mademoiselle Renée » na Casimir Colomb, La Revue des deux mondes, t.88, 1870, lêmbëtï 154)
    • L’abbaye, dit-on, doit son origine à une comtesse Cuniga, une sorte de Barbe-Bleue en jupons, qui avait empoisonné ses sept maris et terrifiait toute la contrée par ses crimes. — (Maurice Grandjean, À travers les Alpes autrichiennes, page 147, A. Mame, 1893)
    • Pourquoi aurait-il échappé à la règle ? Combien de jouvencelles avait-il culbutées jadis ; combien de maris avait-il mis dans la situation où il se trouvait à l’heure actuelle ? — (« La Vengeance du père Jourgeot » na Louis PergaudLes Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • J’ai appris plus tard qu’ils avaient même torturé Mme Touri (la femme d’un acteur bien connu de Radio-Alger) devant son mari, pour qu’il parle. — (Henri AllegLa Question, 1957)
    • Ce Tactale était le mari de la femme-chef, la mère du Grand-Soleil; c'était à la fois un fier filou et un gars qui avait la langue sacrément bien pendue. — (Hubert Jules DeschampsManon l'Américaine: ou, La vie de René des Grieux : histoire sauvage des deux mondes, Éditions Opta, 1977, lêmbëtï 194)
    • Gladys raconta que son mari, en reportage à Bucarest, « s’amusait sûrement là-bas avec de belles Roumaines » : aussi pourquoi ne « s'enjoyerait-elle » pas de son côté ? — (Daniel Gillès, Nés pour mourir, Éditions Labor, 1995, lêmbëtï 50)

Pandôo 2[Sepe]

mari \ma.ʁi\ linô kôlï

  1. yângâ tî ködörö na Rusïi ...

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï