tombe

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pandôo [Sepe]

tombe \tɔ̃b\ linô gâlï

  1. (Gbätä) dûkûâ
    • Les Chinois ne creusent pas les tombes. Ils déposent le cercueil sur le sol, et le recouvrent ou d'un tertre ou d'une maçonnerie. La Chine entière est bossuée de ces tombes, et bien des petits héritages ne laissent plus qu'une place insignifiante à la culture, appelée à disparaître à bref délai sous d'autres cercueils si un changement de dynastie ne survient. — (Émile Bard, Les Chinois chez eux, Paris : A. Colin et Cie, 1899)
    • Il n’y a rien sur la tombe de Bonnot. Pourtant une autre tombe, celle d’un enfant, touche la sienne et le père n’en est point indigné. — (Francis CarcoMaman Petitdoigt, 1922)
    • Trois croix voisinaient avec celle qui marquait la tombe d’un matelot autrichien. — (Jean-Baptiste CharcotDans la mer du Groenland, 1928)
    • Une autre fois, nouvel exercice de reptation pour me trouver finalement en face d’une tombe militaire dont la croix blanche faisait tache à travers les ténèbres. — (Jacques MortaneMissions spéciales, 1933, âlêmbëtï 175-176)
  2. ...
    • Ces résidus d’opium ont été retrouvés dans des vases en céramique découverts à Yehud (centre), dans des tombes cananéennes mises au jour en 2012 et vieilles de plus de 3 500 ans. — (journal 20 minutes, édition Paris-IDF, 23 septembre 2022, page 23,)
    • Une dernière inscription se voit gravée sur une tombe enrichie de quelques sculptures d’un travail estimable. — (Annuaire historique du département de l’Yonne, volume 19, page 490, 1855)
  3. (Zäzämä) ...
    • Très vite, on trouve de bien étranges propos. Ceux-ci par exemple, dans les Pages françaises, de Paul Déroulède : « En avant ! Tant pis pour la tombe. La mort n'est rien. Vive la tombe ! » — (Thérèse DelpechL'ensauvagement : Le retour de la barbarie au XXIe siècle, éditions Bernard Grasset, 2005, lêmbëtï 173)
  4. (Ngbêne) (Fängö-yäkä) ...
    • On fait alors des tombes ou tertres de compost, c'est—à-dire que l'on emploie la chaux en mélange avec la terre, le fumier et en général avec toutes les substances pouvant avoir un effet utile sur la végétation. — (Guide pour l’emploi de la chaux en agriculture, 1860, lêmbëtï 25)
    • Dans les départements de l'Ouest, on a depuis fort longtemps l'habitude de faire des composts avec de la chaux, de la terre ou du fumier, qu'on désigne sous le nom de tombes. — (Charles-Victor GarolaEngrais : Le matières fertilisantes, Paris : J.-B. Baillière & fils, 7e édition, 1925, page202)
    • On reconstruit alors la tombe en mélangeant à la terre chaulée, du fumier, et l'on achève en la recouvrant de terre. — (G. Warcollier, Le pommier à cidre, J.B. Baillière et Fils, 1926, lêmbëtï 168)

Âkpalêtôngbi[Sepe]

Âlïndïpa[Sepe]