fort

Alöndö na Wiktionary
Aller à la navigation Aller à la recherche

Farânzi[Sepe]

Pasûndâ [Sepe]

fort \fɔʁ\ linô kôlï

  1. kpëngbä,kpïngbä
    • C’est une phrase surutilisée du penseur allemand Friedrich Nietzsche: «Ce qui ne me tue pas me rend plus fort — (Frédéric Tremblay, Nous rendre plus forts, journaldequebec.com, 24 Mbängü 2021)
    • Être fort comme un roc.
    • Avoir une forte constitution.
    • Il n’est pas assez fort pour porter tout cela.
  2. ngangü
    • Vous aurez affaire à forte partie.
    • Un homme est bien fort quand il a pour lui la conscience.
    • La raison du plus fort.
    • Voix forte, voix pleine et qui se fait bien entendre.
  3. kpïngbängö
    • Colle forte.
    • Cette toile est forte, elle durera longtemps.
    • De fortes murailles.
    • Cet arbre est déjà fort.
    • Une planche qui n’est pas assez forte.
    • Avoir la jambe forte, la main forte, etc.
  4. lîngbi,tî löngö,tî kodë
    • Cet élève est fort en histoire, en mathématiques, en anglais.
    • Il n’est pas assez fort pour traiter un pareil sujet.
    • Être fort aux échecs.
    • Je ne joue pas contre vous, vous êtes beaucoup plus fort que moi.
    • C’est une forte tête, c’est un homme de beaucoup de jugement, de beaucoup de capacité.
    • C’est une des plus fortes têtes du conseil, de l’assemblée.
    • Avoir la tête forte, se dit de quelqu’un qui porte bien le vin, qui peut en boire beaucoup sans en être incommodé.
  5. könöngö
    • La carnassière, maintenant bien remplie, pesait à ses épaules le poids de deux forts lièvres. — (Alphonse de ChâteaubriantMonsieur des Lourdines, 1910, chapitre 2)
    • Elle était une de ces femmes auxquelles leur forte taille et leur prestance masculine donneraient le droit de s’habiller, sans qu’on les remarquât, en homme. — (Joris-Karl HuysmansLa Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Joséfa n’aurait jamais cru qu’elles fussent si fortes ; elles avaient accaparé toute la graisse de la famille. — (François MauriacLe Mystère Frontenac, 1933, réédition Le Livre de Poche, lêmbëtï 222)
    • […] une blonde à forte poitrine dont les yeux verts pétillaient d’excitation, se trémoussait sur sa chaise, jappant comme un chiot qui attend son sucre. — (Philippe LabroL’étudiant étranger, Gallimard, 1986, lêmbëtï 261)
    • (Könöngö) Avoir les traits forts.
  6. ...
  7. ...
    • Forte pluie.
    • Forte douleur.
    • Le coup de tonnerre fut si fort que les vitres en tremblèrent.
    • Donner une forte impulsion.
  8. ...
    • Sa figure intelligente, dont les traits et le teint trahissaient une assez forte proportion de sang soudanais, […], prenait par moments une expression de grande affabilité. — (Frédéric WeisgerberTrois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, lêmbëtï 67)
    • C’est un fort acheteur.
    • Une forte maison.
    • Avoir une forte inclination pour quelque chose.
    • Cela fit une forte impression sur son esprit.
    • Une forte colère.
    • Cela est fort, un peu fort, voilà qui est fort, se dit d’une chose qui étonne désagréablement, qui paraît extraordinaire, difficile à croire ou dure et offensante.
  9. ...
    • C’est un homme qui a l’âme grande et forte.
    • La femme forte de l’écriture.
    • Se porter fort pour quelqu’un, Répondre du consentement de quelqu’un.
  10. ...
    • Terre forte, terre grasse, tenace et difficile à labourer.
  11. ...
    • Ville forte.
    • Place forte.
  12. mîngi
    • Une forte troupe d’ennemis.
    • Un fort parti d’opposition.
    • L’armée ennemie, plus forte de moitié que la nôtre.
  13. ngangü,ngangü,ngangü
    • Vous lui donnez là une forte tâche.
    • Le plus fort est fait, le plus difficile, le plus désagréable est fait.
  14. (Zäzämä) ...
    • Une forte somme.
    • Une forte dose.
    • Prix fort, prix marqué sur lequel on peut obtenir certaines réductions.
    • Une forte lunette, une lunette qui a une longue portée.
  15. (Mozoko) ...
    • Appuyer sur les temps forts.
  16. ...
    • Cette raison-là est bien plus forte que l’autre.
    • C’est un des plus forts arguments pour prouver l’immortalité de l’âme.
    • Une forte objection.
  17. ...
    • À plus forte raison, avec d’autant plus de raison.
    • Un nombre plus fort qu’un autre.
    • Si l’on a des devoirs envers l’humanité, à plus forte raison en a-t-on envers sa patrie.
  18. ...
    • Une expression forte.
    • Un style fort et concis.
    • L’épithète est un peu forte.
  19. ...
    • Cet officier avait dans sa compagnie quelques fortes têtes, qu’il a fallu mettre à la raison.
    • Un esprit fort, personne qui se pique de ne pas croire les dogmes de la religion et, en général, de quiconque veut se mettre au-dessus des opinions et des maximes reçues.
    • Il fait l’esprit fort.
    • Les prétendus esprits forts.
    • Il n’est pas fort, se dit de quelqu’un qui manque d’intelligence, d’esprit avisé, de malice.
    • Il est fort pour parler, pour pérorer, se dit dans un sens péjoratif ou ironique de celui qui sait beaucoup moins agir que parler.
  20. (Ndïäyângâ) ...
    • […], ou encore Gérard Bourgoin, le très médiatique industriel du poulet, qui, fort de ses huit mille heures de vol, prend régulièrement les commandes des deux Falcon 10 de son groupe, basés dans son fief de Chailley, dans l'Yonne. — (Aymeric Mantoux, Voyage au pays des ultra-riches, éd. Flammarion, 2010)
    • Être fort des reins.
    • Cette armée est forte en infanterie.
    • Les ennemis sont plus forts en nombre.
    • Une armée forte de cent mille hommes.
    • Être fort en raisons.
    • Ils étaient forts de nos divisions.
    • Être fort de la protection de quelqu’un.
    • Être fort en gueule, Parler haut, parler fort, avoir le propos rude et prompt.
    • Forts de leurs longues expériences, les anciens inspirent humilité et respect.

Mbasêlî [Sepe]

fort \fɔʁ\

  1. ...
    • Il poussa la porte si fort que le fer à cheval suspendu au linteau de chêne tinta faiblement. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Frappez fort.
    • Heurtez plus fort.
    • Poussez fort.
    • Il nie fort et ferme.
    • De plus fort en plus fort, avec une force croissante.
    • Il crie de plus en plus fort.
    • Frappez de plus fort en plus fort.
  2. ...
    • […] ; Jaurès, […], admire fort un mouvement qui ne serait pas compromis par des violences qui auraient affligé l’humanité ; […]. — (« 1908, page 213 » na Georges SorelRéflexions sur la violence, chapitre V)
    • Il vente très fort, des goélands passent, emportés par la tempête, et essaient vainement de remonter le vent. — (Alain GerbaultÀ la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Je sais fort bien qui est Mr Kipling, bien que vous ayez cru bon dans votre "Étude en rouge" de me faire paeser pour un béotien en décrivant ma culture littéraire comme nulle ! — (Philippe Chanoinat (scénario) & Frédéric Marniquet (dessin), Les Archives secrètes de Sherlock Holmes, volume 3 : Les adorateurs de Kâli)
    • Il pleut fort.
    • Elle lui plaît fort. — Cette entreprise lui tient fort au cœur. — J’ai cela fort à cœur.
    • Il en a été fort surpris. — Cet ouvrage est fort estimé des savants. — Il est fort au-dessus de l’ordinaire.

Pandôo [Sepe]

Le Fort de St. Angelo. (1)

fort \fɔʁ\ linô kôlï

  1. ...
    • A partir du 16 septembre, le fort de la Pompelle, un des forts de la ceinture de Reims édifié dans le cadre de la deuxième ligne de fortifications de Séré de Rivières, est désigné comme cible aux soldats français qui le prennent d'assaut le 23 septembre au prix d'innombrables vies. — (Fabienne Tisserand et Frédéric Hermann, Voyage au pays du souvenir: 1914-1918, Renaissance du Livre, 2003, lêmbëtï 158)
  2. (Gïngö-nyama) ...
    • Le sanglier est dans son fort.
    • Relancer une bête dans son fort.
  3. (Mbumbuse) ...
    • L’histoire est son fort.
    • C’est le prendre par son fort que de le mettre sur la géométrie.
    • Connaître le fort et le faible d’une affaire.
    • Son fort était d’imiter la voix et les manière des gens. — (« Samuel Johnson » na Julien GreenSuite anglaise, 1972, Le Livre de Poche, lêmbëtï 8)
  4. ...
    • Au fort de la tempête.
    • Il est dans le fort de sa maladie.
    • Un homme dans le fort de sa passion.
    • Il s’élança courageusement au fort de la mêlée.
    • Garder son sang-froid au fort du danger.
  5. ...
    • Le fort d’une voûte, d’une épée
    • Zadig sut parer le coup, en opposant ce qu’on appelle le fort de l’épée au faible de son adversaire, de façon que l’épée d’Itobad se rompit. — (VoltaireZadig ou la Destinée, XIX. Les énigmes)
  6. ...
    • S’enfoncer dans le fort du bois.
  7. ...
    • Aussi n’est-il pas rare de voir une bicoque résister pendant des mois à une armée nombreuse. De là, souvent, cette audace et cette insolence du faible contre le fort et le puissant, cette habitude de la résistance individuelle qui faisait le fond du caractère de la féodalité, […]. — (Eugène Viollet-le-DucLa Cité de Carcassonne, 1888,)
    • (Mbäkôro) Les forts de la halle, les portefaix qui font le service de la halle aux blés de Paris et aussi des halles centrales.
    • Le fort portant le faible, toutes choses étant compensées, ce qui manque d’un côté étant suppléé de l’autre.
  8. (Kebëek) ngûli
    • « La chair est faible et le fort est cher » (Plume Latraverse). Faut-il préciser, ici, que « fort », en québécois, signifie « boisson à haute teneur en alcool » ? — (Jean-Paul DesbiensJournal d’un homme farouche, Boréal, 1993, lêmbëtï 262)
    • Là tout le monde va s’mettre
      Tout le monde va s’mettre à parler
      BMW, CLSC, TP4, IBM
      TPS, PME, PDG, IGA
      OCQ, OLP
      Pis moi sur mon bord
      M’as tomber dans l’fort.
      — (Richard Desjardins, chanson Le bon gars, album Tu m’aimes-tu?, 1990,)

Âlïndïpa[Sepe]

  • Karan, Elke, Kêtê bakarî tî Sängö: Farânzi, Angelëe na Yângâ tî Zâmani, 1st ed., 1995 → dîko mbëtï